dimanche 26 mai 2019

Visiteurs : 331 933   

Récolté dans la presse

Stéphane Le Foll : « changer de cap serait une erreur »

Le ministre de l’Agriculture Stéphane le Foll a décidé de répondre à ceux qui lui reproche de faire davantage de politique que de s’occuper de son ministère. Pour cela, il a accordé une interview, essentiellement politique, au Monde daté du 10 juillet. Extraits : « Nicolas Sarkozy, c’est le problème de l’UMP, pas le nôtre » ; « Notre politique, ce n’est pas l’austérité. C’est le sérieux, mais le sérieux de gauche » ; « Changer de cap serait une erreur, mais je ne dis pas qu’il ne faut rien changer. Je pense que notre discours doit changer ». En annexe à cette interview, le ministre a quand même répondu à des questions sur l’agriculture. Sur la réforme de la Pac, Stéphane Le Foll confirme qu’il ne s’agit pas d’une « renationalisation ». Il réitère son projet de redistribution des aides et il annonce que la loi d’avenir sera discutée au Parlement au début de l’année 2014.

L’Autorité de la Concurrence autorise le rachat des 50 % de Monoprix

« Jean-Charles Naouri touche au but » peut-on lire dans Les Echos du 10 juillet. « Il y a un an, le président de Casino prenait le contrôle du brésilien Pao de Açucar et faisait basculer son groupe vers l’international et les pays émergents. Aujourd’hui, le patron du quatrième groupe de distribution français va consolider ses positions dans l’Hexagone ». Casino devait annoncer la montée du groupe « à 100 % du capital de Monoprix par le rachat des 50 % détenus par les Galeries Lafayette » En contrepartie, l’Aurorité de la concurrence n’exige que la cession « d’environ 55 points de vente. Aucun des 292 Monoprix n’est concerné (pas plus que les 74 Naturalia) ». « Mais une cinquantaine de magasins sur les 9.389 que Casino exploite en France, et même les 550 contrôlés à Paris, cela ne représente qu’une part infinitésimale du chiffre d’affaires du groupe (42 milliards d’euros en 2012). «A peine, en surface, l’équivalent de deux hypermarchés», résume un expert. » conclut le quotidien de l’économie.