Deux nouvelles missions pour FranceAgriMer

C’est quasiment passé inaperçu. Le Sénat a adopté le 9 octobre une proposition de loi confiant deux missions supplémentaires à FranceAgriMer (Fam) : la mise en oeuvre de l’aide aux personnes les plus démunies et l’organisation de la présence de la France à l’exposition universelle de Milan en 2015. Concernant l’aide aux plus démunis (lire aussi Brèves de blog) Fam assurait déjà la gestion de ce fonds (une enveloppe d’environ 70 millions d’euros pour la France). Mais il semble qu’une loi était nécessaire pour pérenniser cette situation. Quant au pavillon de la France à Milan, un budget public total de 20 millions d’euros est prévu pour financer la présence française. Ce budget n’impactera pas les finances de Fam, et sera inscrit sur une ligne à part. Les professionnels avaient donné leur accord à cette opération. La proposition de loi a été votée à l’unanimité par les sénateurs. Elle doit maintenant passer, en principe avant la fin de l’année, devant l’Assemblée nationale.

Financement de la sécu : la FNSEA dénonce le « raz-de-marée fiscal »

Dans le projet de loi de financement de la Sécurité sociale, le Gouvernement propose d’intégrer dans l’assiette des cotisations des associés de sociétés agricoles, les revenus perçus par leurs conjoints et leurs enfants mineurs associés non exploitants. « Nous continuons ainsi la longue liste des dispositions qui alourdissent la fiscalité générale du monde agricole » écrit la FNSEA dans un communiqué qui estime que cette mesure est « inacceptable ».  Pour le syndicat agricole, « cette mesure ajoute une charge de 168 millions d’euros sur les agriculteurs, soit 1 point de revenu de la ferme France.» La FNSEA en « appelle aux parlementaires pour qu’on cesse de taxer toujours plus les secteurs productifs ». « Face au raz-de-marée fiscal de la rentrée, l’agriculture demande une pause» conclut la fédération.

Baisse de la consommation des jus de fruits

« Le marché des jus de fruits reste sous pression » indique l’Union interprofessionnelle des jus de fruits. Le secteur doit faire « face à une conjoncture économique difficile, des coûts de production au plus haut et des prix des matières premières fluctuants ». La légère reprise de la consommation des jus de fruits sur la période de mi‐juillet à mi‐août 2013 (+0,2% en volume) n’a pas été suffisante pour dynamiser le marché. Sur les 12 derniers mois, les ventes en volume sont en diminution de ‐2,3%. Sur la même période, le chiffre d’affaires est en légère hausse (+0,6%). Selon Unijus, cela traduit « la préférence des consommateurs pour les produits qualitatifs et créateurs de valeur ».

Vendanges : Inter Rhône s’attend à une baisse des volumes

La récolte dans les vignobles des Côtes du Rhône et de la Vallée du Rhône devrait être en baisse. « Il est encore prématuré de se prononcer » indique l’interprofession Inter Rhône qui constate des situations contrastées. « D’après les premières observations, le millésime 2013 sera favorable à certains cépages notamment la Syrah et le Mourvèdre dont le volume de récolte devrait être satisfaisant. Les quantités pourraient être plus limitées pour le Grenache ou le Viognier. » Ce contexte n’empêche pas certaines exploitations de tabler sur des volumes similaires à 2012.