Les interprofessions françaises sont en train de plancher sur l’ouverture aux organisations professionnelles minoritaires. Une ouverture qui devrait être rendue obligatoire par la future loi d’avenir, au moins pour les syndicats agricoles. Interfel s’est penché sur la question à l’occasion d’un conseil d’administration qui s’est tenu le 30 octobre. Plusieurs pistes ont été évoquées, dont la création de collèges : deux (production, distribution) ou trois (production, mise en marché, distribution). Première difficulté : où mettre la frontière entre les collèges ? Une frontière qui varie selon qu’il y ait deux ou trois collèges. Il semble qu’Interfel se prononcerait pour une solution a deux collèges. Mais, deuxième difficulté, le conseil d’administration de la FNSEA a récemment voté pour une solution à trois collèges pour toutes les interprofessions. Enfin, troisième difficulté, comment distribuer les voix au sein d’un collège pour que les minoritaires ne puissent pas avoir de pouvoir de blocage ? Remarquons aussi que la création de collèges (qui seraient régis par la règle de l’unanimité) reviendrait à ce que chaque famille membre d’une interprofession renonce de fait à son droit de veto. Pas simple. Notons enfin que Interfel a décidé au cours de ce même conseil d’administration d’accueillir, comme membre à part entière, le Comité de coordination des collectivités, le CCC.