lundi 19 novembre 2018

Visiteurs : 291 836   

Nouvelles fraîches

Le maïs, « un épi épatant » et un peu radin ?

Pour la première fois, la filière maïs (AGPM, FNPSMS et Gnis) engage une campagne d’opinion sur le maïs. « Il s’agit de faire découvrir au grand public une céréale épatante, première céréale produite au monde, aux usages aussi variés qu’innovants » indique le communiqué. Cette campagne sera présentée à la presse ce mardi 13 mai. Selon CB News, il s’agit d’une série intitulée « Un épi épatant ! La minute info du maïs ». Elle va être « proposée » à toutes les radios et webradios françaises, « pour une libre diffusion » entre le 12 et le 30 mai 2014. Si l’on comprend bien, il ne s’agit pas d’achats d’espace, mais bien de diffusion gratuite, à la libre convenance des radios. Radin, le maïs ?

Aides à la presse : la presse agricole n’est pas gourmande

Le ministère de la Culture vient de publier la liste des 200 premiers journaux bénéficiaires des aides à la presse en 2013. Force est de constater que la presse agricole n’est pas la mieux représentée sur cette liste. Sur ces 200 titres, soit près de 289 millions d’euros distribués, nous n’avons relevé que la présence de La France agricole (59ème avec 1,05 million d’euros) et de Paysan Breton (142ème avec 278 573 euros). Parmi les titres de la presse pro de l’univers agro-alimentaire ou grande distribution, nous notons la présence de L’Usine nouvelle (120 ème, 351 154 euros), et de L’Hôtellerie restauration (128 ème, 329 163 euros).

L’Inao poursuit Carrefour

L’institut national de l’origine et de la qualité (Inao) engage une procédure judiciaire contre Carrefour. L’institut conteste le droit à l’enseigne d’utiliser la marque « Origine et Qualité » qu’elle vient de créer. Cette démarche « est vécue à la fois comme une tentative d’usurpation d’une notoriété construite par les produits sous signes officiels d’origine et de qualité, et comme une atteinte à la politique publique mise en œuvre dans le cadre de l’Inao ». La volonté de Carrefour d’identifier, avec cette marque, des produits sous signes officiels de qualité et des produits qui ne le sont pas est mise en cause par l’Inao. L’institut considère que «les termes “Origine et Qualité” sont de nature à induire une confusion pour le consommateur : seuls des produits sous signes officiels de qualité et d’origine doivent pouvoir être identifiés par ces termes ».