jeudi 19 juillet 2018

Visiteurs : 264 949   
TV AGRI
TV AGRI

Européennes : la France affaiblie

Très forte abstention, Front national largement en tête, effondrement du PS : la France sort affaiblie des élections européennes. Et sa voix portera moins à Strasbourg et à Bruxelles. Au Parlement européen, c’est le PPE qui l’emporte.

 

La défaite aux européennes n’est pas forcement le sort réservé aux partis qui gouvernent. La CDU d’Angela Merkel est en tête en Allemagne, idem pour le Parti Populaire en Espagne (même s’il est en recul) ou pour la formation de Matteo Renzi en Italie. Revers en revanche pour Cameron au Royaume-Uni qui n’arrive qu’en deuxième position. Et évidemment pour le PS en France qui n’en fini pas de chuter. La France se distingue donc. D’abord par le taux d’abstention : 57% contre 43 % pour la moyenne des 28 pays. Ensuite, par le score du Front national. Bien sûr on trouve des formations d’extrême droite ou populistes en tête en Autriche, au Danemark, au Royaume-Uni,… Mais la France est un pays fondateur de l’Union européenne. Elle est même, avec l’Allemagne, (quand le couple franco-allemand fonctionne) le moteur de l’Europe. Les 25 % du FN ne sont donc pas anecdotique, et auront des conséquences. La presse européenne, qui a mis dans tous les pays Marine Le Pen à la une, ne s’y est pas trompée. La France sera d’abord affaiblie au Parlement européen. Les 25 élus du FN vont tenter de constituer un groupe parlementaire. Mais s’ils n’y arrivent pas, ils s e retrouveront chez les non-inscrits, donc quasiment sans voix. François Hollande, et donc la France, sera lui en position de faiblesse au Conseil européen, pendant qu’Angela Merkel voit ses positions renforcées. Quant à l’UMP, qui perd aussi quelques sièges, et qui n’arrive pas à faire entendre sa voix entre euro-béas et eurosceptiques, il lui sera aussi difficile d’être en première ligne au sein du groupe PPE. Seule bonne nouvelle dans ce désastre, c’est un Français, Joseph Daul, qui préside le PPE. On se console comme on peu…