Ministères à la diète : l’Agriculture aussi

Le ministre de l’Economie a présenté mercredi 11 juin le projet de collectif budgétaire prévoyant 1,6 milliard d’euros d’économies supplémentaires pour l’État. Tous les ministères participent à cet effort. Ainsi, l’Agriculture, qui disposait d’un budget de 4,314 milliards d’euros en crédits de paiement au titre de la loi de finances initiale 2014, devra assumer une annulation de 34 millions d’euros de crédits : 13 sur les crédits mis en réserve et 21 hors réserve. L’Outre-mer (2,193 mds d’euros de crédits en LFI) perd 6 millions d’euros de crédits.

Le programme fruits à l’école au menu du conseil agricole

Le régime d’aide à la distribution de fruits et légumes et de lait dans les établissements scolaires sera au menu du conseil agricole qui se tient les 16 et 17 juin à Luxembourg. La présidence présentera un rapport sur l’état d’avancement des travaux relatifs à la proposition de règlement en ce qui concerne le régime d’aide à la distribution de fruits et légumes, de bananes et de lait dans les établissements scolaires. Le Parlement européen devrait entamer ses travaux sur la proposition au début de l’automne, après les vacances parlementaires.

Le conseil agricole va présenter ses conclusions sur le secteur fruits et légumes

Ce même conseil agricole pourrait adopter des conclusions sur le rapport de la Commission relatif à la mise
en œuvre des dispositions concernant les organisations de producteurs, les fonds opérationnels et les programmes opérationnels dans le secteur des fruits et légumes, en vigueur depuis la réforme de 2007. « D’après le rapport, la réforme de 2007 a occasionné une augmentation de la part de la valeur totale de la production européenne de fruits et légumes commercialisée par les organisations de producteurs (OP) et les associations d’organisations de producteurs. Par conséquent, le Conseil estime que les organisations de producteurs qui exercent leurs activités dans le cadre de programmes opérationnels à caractère durable devraient continuer de jouer un rôle clé dans la réalisation des objectifs de la politique agricole commune dans le secteur des fruits et légumes » indique le communiqué du Conseil.

Et maintenant les sénatoriales

Le calendrier électoral est décidément chargé en 2014. Après les municipales, et les européennes, place aux sénatoriales. Elles auront lieu le 28 septembre. 178 sièges, sur 348, sont renouvelables. L’enjeu est évidemment la reconquête de la Haute assemblée par la droite, ou le maintien d’une majorité de gauche. Plusieurs éléments vont entrer en jeu : l’impact des élections municipales dans la composition du corps électoral, et le nombre de sièges à renouveler pour chaque groupe politique. 77 sièges (sur 130) sont renouvelables pour l’UMP ; 65 (sur 128) pour le PS ; 13 (sur 32) pour le groupe centriste ; 12 (sur 19) pour les radicaux de gauche ; 5 (sur 21) pour le PC et 4 sur 6 pour les non-inscrits. Il est à noter que le groupe écologiste qui dispose de 10 élus, n’a aucun siège renouvelable.