La Commission européenne a décidé de suspendre les aides destinées à soutenir le secteur des fruits et légumes particulièrement touché par les conséquences de l’embargo russe. En cause un « bond disproportionné des demandes », particulièrement polonaises.

Bruxelles affirme avoir des « doutes sérieux » sur la réalité des données fournies par la Pologne. Et pour cause, les demandes des producteurs polonais représentent à elles seules 87 % de l’enveloppe de 125 millions d’euros débloquée en août dernier. A plusieurs reprises, la Commission a demandé à la Pologne de vérifier la viabilité des chiffres, en vain. On se retrouve ainsi dans la même situation qu’au moment de la crise du concombre en 2011, avec le même pays. « « La Pologne s’est déjà fait remarquer dans la crise du concombre en 2011 en touchant plus d’aides que les autres alors que ce n’était pas justifié » se souvient Jacques Rouchaussé président de Légumes de France (Le Figaro du 11/09). Bruxelles s’est engagée à présenter « dans les prochaines semaines » un nouveau mécanisme de soutien. «La Commission reste engagée à soutenir les producteurs qui ont brutalement perdu un marché important», a déclaré le Commissaire à l’agriculture, Dacian Ciolos.