jeudi 22 février 2018

Visiteurs : 206 931   
TV AGRI
TV AGRI

Nouvelles fraîches

Une campagne catastrophique pour l’huile d’olive

La campagne 2014/2015 s’annonce « catastrophique » pour les huiles d’olive et les olives françaises indique l’Afidol. «Les professionnels osent à peine envisager arriver aux 1 500 tonnes de production ce qui signifie qu’avec des stocks à zéro, l’année 2015 s’annonce comme une année de pénurie en huile d’olive comme en olives françaises ». Cela situe cette campagne loin de la « petite » année 2011/2012 (3 200 tonnes) ou des deux années suivantes (4 800 tonnes). Et encore plus loin de la fin de la première décennie 2000 qui avait connu un record de production (7 000 tonnes). La raison de cette chute de la production : les conditions climatiques qui ont favorisé la présence de la mouche de l’olive. L’huile d’olive française va se faire rare dans les rayons.

Une pomme de terre OGM au Japon

Des chercheurs japonais ont identifié un gène impliqué dans le mécanisme de formation du cholestérol chez l’Homme. Ils ont soit inhibé l’expression de ce gène, soit supprimé le génome. Résultats : des pommes de terre produisant 90% de ce gène en moins (ils ont obtenu des résultats similaires sur la tomate). « Cette méthode pose beaucoup moins de problèmes éthiques que les OGM courants (dans lesquels on ajoute des gènes au contraire), et pourrait ainsi être mieux acceptée par le public en vue d’une commercialisation » (source bulletins-economiques.com).

Hausse des prix agricoles en octobre

Les prix agricoles à la production remontent en octobre 2014 (+0,8 %) indique l’Insee. Sur un an, ils reculent de 5,3 %. Les prix des céréales se redressent nettement (+5,6 %). Idem pour les oléagineux (+3,1 %). Les prix des vins sont en légère hausse (+1 %) alors que ceux des fruits frais chutent (-16,8%). « Les prix de la pomme et de la poire diminuent sous l’effet de la concurrence européenne et de l’embargo commercial russe instauré en août. Ainsi, les fournisseurs habituels de la Russie vendent leurs stocks à bas prix pour pouvoir les écouler » constate l’Insee. En revanche, le prix des légumes frais augmente (+14 % sur un an). Le prix des animaux continue de baisser (-1,7 %), le porc étant directement affecté par l’embargo russe (-17,2 %).

Consommation : l’Europe en panne

Les prix de l’alimentation ont augmenté de 2,5 % en octobre dans les pays de la zone OCDE. Mais ce sont les pays extérieurs à l’Union européenne qui assure cette progression. Dans l’UE, les prix de l’alimentation accusent une baisse de 0,2 %, quand l’inflation se situe à +0,1 % pour les pays de la zone euro. Dans le détail, la France fait -0,3 % ; l’Allemagne +0,9 % ; l’Espagne +0,4 % ; l’Italie +0,1 %, le Royaume-Uni -1,4 %. Parmi les pays de l’OCDE hors Union européenne, on peut relever des chiffres flatteurs : Chili (+10,1 %), Mexique (+6,5 %), voire excessifs comme pour la Turquie (+12,6 %).

Promotion : quand l’Europe fait tout pour se faire aimer !

Les nouvelles règles du programme de promotion des produits agricoles de l’Union européenne ont été présentées dans le cadre de la convention Gefel (lire aussi plus haut). Certes il y aura plus d’argent (passage de 60 millions d’euros en 2015 à 200 millions d’euros en 2020) mais aussi davantage de démarches. Normal !. Mais à l’automne, Bruxelles a décidé d’ajouter un logo sur toutes les campagnes, en plus du trationnel « programme co-financé… ». Il s ‘agit d’un rectangle vertical, de couleur avoisinant un marron orangé du meilleur goût, avec le drapeau européen et ce slogan « Enjoy it’s from Europe », obligatoirement en anglais. Ca fait rêver.