Le congrès de la FNPF qui s’est tenu les 28 et 29 janvier à Tulle s’est terminé sur un incident de séance. La délégation ministérielle a quitté la salle.

Absent au congrès de Légumes de France en novembre dernier, absent au congrès de la FNPF en 2014, Stéphane Le Foll n’est pas non plus venu au congrès de la FNPF cette année. Luc Barbier, président de la fédération, le qualifie désormais de « ministre omni absent ». Il a demandé à son représentant, Hervé Durand, directeur adjoint de la DGPAAT, de prendre la parole en premier. Réticent d’abord, le fonctionnaire accepte et alors qu’il commence son discours, quelques membres de la FNPF s’installent derrière lui à la tribune avec des panneaux où l’on peut lire « humiliés », « déjugés », « écrasés », « ruinés », « déchus », « anéantis », « dévalorisés », « manipulés »,… C’en est trop pour le préfet que l’on entend clairement dire « on s’en va ». Et l’ensemble de la délégation ministérielle quitte la salle. Cet incident pourrait paraître anodin s’il ne venait pas aggraver la rupture entre les syndicats de producteurs de fruits et légumes et leur ministre. On se souvient qu’au Sial, ils avaient demandé un rendez-vous à François Hollande en direct, manifestant ainsi leur volonté de passer par dessus Stéphane Le Foll (rendez-vous qu’il attendent toujours …). On se souvient aussi que l’entretien entre le ministre et les présidents au Sival avait été tendu (cf. Blog n° 72). « Voici tout l’intérêt que le ministre porte à ses agriculteurs » a déclaré Luc Barbier après le départ de la délégation. « Il existe un fossé, une incompréhension entre le ministre et nous, ajoute-t-il. Le ministre n’a pas pris la mesure des difficultés dans lesquelles nous nous débattons ». « Je suis blessé en tant qu’homme, je suis blessé en tant que paysan quand on voit la façon dont ce ministre nous considère. Et il ne supporte pas qu’on le lui dise ». Ce ne sera pas facile de renouer le dialogue.

Categorie: Le dossier de la semaine