mardi 20 novembre 2018

Visiteurs : 292 401   

Départementales : poussée du FN en zones rurales

Scrutin rural par excellence, le 1er tour des élections départementales a rendu son verdict. La droite est largement en tête, le PS est désavoué, le FN ne fait pas la percée promise par les sondages (même si le score est important). Mais une des leçons de ce scrutin reste le résultat important du Front national en zone rurale.

« Il reste un défi, la forte poussée du Front national dans les zones rurales » : ancien ministre de l’Agriculture et député (UMP) de l’Eure, Bruno Le Maire se réjouissait certes du bon score de sa famille politique, mais constatait l’un des faits politiques du jour. Un seul exemple pour l’illustrer : le département du Lot. Terre radicale depuis que le suffrage universel existe, et département rural s’il en est, le Lot se retrouve avec des candidats FN au second tour dans 5 cantons (sur 17). Le score, en voix, du Front national a largement progressé depuis les européennes : 12 921 voix en juin dernier, 15 095 voix le 22 mars. Autre exemple, dans le Doubs, le FN se maintient dans 14 des 17 cantons. Dans l’Allier, il sera présent au second tour dans cinq cantons (sur 19). On peut noter en revanche l’élimination totale du FN au 1er tour dans des départements comme le Cantal, la Lozère et l’Aveyron. Il faudra affiner tout cela, afin d’aller au-delà de la première impression, mais le fait est là : le sentiment d’abandon ressenti par les électeurs des territoires ruraux face à une politique territoriale privilégiant les grandes régions et les métropoles se traduit dans les urnes. Passons aux résultats. Les scores des personnalités du monde agricole (cf. nos Blog précédents) sont très divers. Ainsi, Christophe Terrain, ancien président de l’AGPM (divers droite, Gers) est élu au premier tour. Conseiller général sortant (UMP) et président de l’APCA, Guy Vasseur est en revanche éliminé dès le 1er tour dans le canton de Blois 3 (Loir-et-Cher). Le second tour opposera un candidat FN et un candidat socialiste. François Lafitte (UD), président de la Gefel, est battu dans les Landes. Mais il affrontait le poids lourd socialiste local, président du Conseil général et ancien ministre Henri Emmanuelli. Dans le Lot, Bernard Borredon (UDI) co-président de la SIPMM melon est en ballotage défavorable avec 21,06 %. Situation difficile dans la Somme pour l’ancien président de la FNPorc Jean-Michel Serres (UD) qui avec 26,68 % des voix devra affronter un candidat FN (35,06 %) et un candidat UG (33,63 %) dans une triangulaire. En Corrèze, Pascal Coste (UMP) est en ballotage favorable avec 48,04 % des voix. Idem dans l’Aube où le sénateur, président du Conseil général Philippe Adnot (divers droite) est en ballotage favorable avec 47,24 % des voix. Dans le Lot-et-Garonne, l’ancien président (CR) de la chambre d’Agriculture et candidat divers droite est lui aussi dans une triangulaire : il obtient 26,51 % des voix, contre 27,35 % pour le candidat divers gauche et 25,57 % pour le candidat FN. Notons enfin que trois anciens ministres de l’Agriculture sont en ballotage favorable : Jean Glavany dans les Hautes-Pyrénées, Dominique Bussereau en Charente-Maritime, et Hervé Gaymard en Savoie.