Baisse du budget de l’agriculture | Lundi 5 octobre 2015

Les grandes lignes du budget du ministère de l’Agriculture pour 2016 ont été présentées par Stéphane Le Foll le 30 septembre. Il est globalement en baisse de 2,5 %.

Le ministre a rappelé « les objectifs dans ce contexte de réduction des finances publiques, de participation à l’effort de réduction du déficit budgétaire ». Pourtant estime-t-il « le budget du ministère de l’Agriculture reste malgré ces contraintes ambitieux et volontaire ». Le budget est en baisse de 2,5 % à 4,5 milliards d’euros en crédits de paiement, soit une baisse de 200 millions d’euros. Mais, ajoute Stéphane Le Foll « cet effort se voit aussi accompagné de près de 730 millions de baisse de charges fiscales et sociales supplémentaires ». Par ailleurs, en 2016, les coopératives et les industries agroalimentaires bénéficieront globalement d’un allègement de charges sociales et fiscales de 1,758 MdE, soit 154 ME de plus qu’en 2015.Le ministre a également rappelé l’effort en faveur des filières de l’élevage avec notamment le soutien dans les zones défavorisées (256 millions d’euros) ou le soutien à la modernisation des exploitations (350 ME par an pendant trois ans). Coté compétitivité, en plus de la baisse des charges évoquée, le ministère continuera de bénéficier du Plan d’investissement d’avenir 2015-2017 (120 ME sur la période). Le budget de l’enseignement agricole est en hausse de 1 % et s’élève à 1,7 MdE. 185 postes sont crées dans ce domaine, dans un contexte général de baisse des effectifs. 60 postes sont par ailleurs crées pour le renforcement des contrôles en abattoir. « Au total, depuis 2012 la baisse des dépenses de fonctionnement est de près de 13 % » a rappelé Stéphane Le Foll. Au final, 20 postes seront supprimés en 2016 pour l’ensemble du ministère (contre 25 en 2015 et 81 en 2016). (Notons qu’aucun poste n’est supprimé au ministère de l’Outre-Mer et que le ministère de l’Ecologie perd 671 postes). Le budget consacré à l’agriculture ultramarine est préservé́. Ainsi, l’enveloppe de crédits dédiés au soutien de la filière canne à sucre est conservée à hauteur de 86,4 M€, soit au même niveau qu’en 2015. Les crédits de l’Odeadom (41,1 ME) sont également maintenus.

Categorie: Le dossier de la semaine