lundi 14 octobre 2019

Visiteurs : 375 847   

Sitevi : les vignerons ont retrouvé le sourire 

54 000 visiteurs, plus de 1000 exposants, un climat d’affaires très porteur : l’édition 2015 du Sitevi s’est clôturée sur un bilan positif, en ligne avec le vent favorable qui souffle sur la viticulture française.

« Les vignerons ont davantage le sourire que par le passé » : président du conseil spécialisé viticole de FranceAgriMer et secrétaire général adjoint de la FNSEA, le régional de l’étape (il est aussi président de la chambre d’Agriculture de l’Hérault) Jérôme Despey ne cachait pas sa satisfaction en s’adressant à la presse pendant le Sitevi. Il n’a pas manqué de noter la « conjoncture favorable » que connaît la viticulture depuis trois ans. Bien sur, pour parvenir à ce résultat, des efforts importants et parfois douloureux ont été nécessaires. Ainsi, en Languedoc-Roussillon, la viticulture est passée en 30 ans de 450 000 à 230 000 hectares pour une production qui a été réduite de près des 2/3 (de 33 millions d’hectolitres à 13 millions d’hectolitres). C’est pour conforter cette situation que Jérôme Despey a insisté auprès de Stéphane Le Foll, venu inaugurer le salon, sur l’importance de l’OCM viticole, une OCM « atypique » qui dispose d’un budget spécifique de 280 millions d’euros. Le président du conseil spécialisé a fait part de son « attachement à pouvoir prolonger cette OCM après 2020 ». Parmi les autres sujets abordés avec le ministre de l’Agriculture, la modification par les parlementaires de la loi Evin, la lutte contre le dépérissement du vignobles (maladies du bois,…) et les autorisations de plantations. Sur la loi Evin, Jérôme Despey a rappelé que l’amendement, adopté par le Sénat, et permettant une communication positive sur les terroirs viticoles, a été adopté dans les mêmes termes par les députés. Ce qui devrait lui éviter une nouvelle discussion en deuxième lecture. Il pourrait ainsi entrer en application dès la promulgation de la loi santé, en principe début 2016. Concernant le dépérissement de la vigne, Jérôme Despey a appelé à la mobilisation professionnelle pour lever les fonds nécessaires. « Nous demandons une contrepartie substantielle au ministre. Il faut que toutes les interprofessions jouent le jeu ». Enfin, sur le dossier des autorisations de plantations « tout est fait pour que l’on puisse réussir ». Les décisions concernant les contingents devraient être votées au conseil spécialisé du 16 décembre.