Nouvelles fraîches | Lundi 25 janvier 2016

Les députés européens s’opposent à l’autorisation de trois sojas OGM

La Commission environnement du Parlement européen (Comenvi) s’est prononcée, le 21 janvier, contre l’autorisation de trois sojas OGM résistants au glyphosate. Les députés membres de la Comenvi soulignent la potentielle cancérogénité de l’herbicide et dénoncent une procédure d’autorisation « sans le soutien des Etats membres ». Ils considèrent qu’une autorisation ne pourrait pas être accordée s’il n’y a pas de majorité qualifiée des Etats. Actuellement, la procédure communautaire d’autorisation de mise sur le marché d’OGM prévoie une autorisation par défaut lorsque les Etats membres n’arrivent pas à se prononcer, à la majorité qualifiée, en faveur ou non d’une autorisation.

La FICT quitte Inaporc

La Fédération française des industriels charcutiers traiteurs et transformateurs de viande (FICT) annonce son départ d’Inaporc, l’Interprofession du porc. La fédération explique qu’elle « ne peut cautionner les stratégies perdantes de l’actuelle interprofession porcine. Elle a donc décidé de ne pas signer le projet annuel d’accord interprofessionnel et de ne plus participer aux discussions stériles de l’organe politique Inaporc. La FICT demande une refonte de la gouvernance, des objectifs et des stratégies pour une filière porcine dynamique ». 
« Nous appelons à un rassemblement des compétences et des bonnes volontés afin de construire des solutions opérationnelles durables pour la filière porcine française », déclare Robert Volut, président de la FICT. 


Bon début de campagne pour les vins IGP

« Les chiffres de marché vrac de début de campagne 2015/2016 montrent que les volumes de transactions des vins IGP ne faiblissent pas. Les prix continuent d’augmenter dans la continuité́ de la campagne précédente » indique la Confédération des vins IGP de France. Toutes couleurs confondues, les prix des vins IGP sont en hausse de + 3,6 %, à 94 €/hl.
Les volumes contractualisés sont quasiment équivalents à 2014 dont le niveau était exceptionnel. Les contractualisations sont en hausse de 13 % pour les rouges et de 2,5% pour les blancs et les prix augmentent respectivement de 6 % (91 E/hl) et de 4 % (106 E/hl). Seuls les rosés marquent le pas : les contractualisations « ralentissent » et les prix se tassent (-1 % à 88E/hl).

SynadisBio rejoint l’UNFD

SynadisBio (Syndicat National des Distributeurs Spécialisés de produits Biologiques et Diététiques) a décidé́ de quitter la FNDECB pour rejoindre l’UNFD (Union nationale des syndicats de détaillants en fruits, légumes et primeurs). SynadisBio a été créé en 1999 et réunit 2415 magasins indépendants ou membres d’un groupement ou appartenant à une enseigne nationale organisée et représentant plus de 500 000 m2 de surface de vente. « L’union de SynadisBio avec l’UNFD permettra de faire entendre la voix du commerce alimentaire spécialisé́ de proximité́ auprès des autorités de tutelle et des Pouvoirs Publics » indiquent les deux organisations dans un communiqué.

Légumes de France reçu par Stéphane Le Foll

Une délégation de Légumes de France, conduite par Jacques Rouchaussé, président de la fédération, a été reçue le 19 janvier par le ministre de l’Agriculture Stéphane Le Foll. A cette occasion, le syndicat a demandé la mise en place d’une année blanche (cf. notre Blog du 18 janvier). D’autres points ont été abordés au cours de cette rencontre comme la réflexion sur la mise en place d’un système assurantiel ou la redéfinition des critères de la dotation pour aléas (DPA). Enfin, une réunion spécifique sera programmée sur le compte pénibilité dont Légumes de France demande l’abrogation.

Les producteurs européens d’ail demandent un renforcement des contrôles des Douanes

Les membres du groupe de contacts ail (France, Espagne, Italie) se sont réuni à Tolède le 14 janvier. A cette occasion, ils ont convenu que, même s’ils ont obtenu de la Commission européenne le maintien des certificats B pour une période transitoire jusqu’à fin 2017, il était nécessaire de présenter au Parlement européen une demande conjointe des 3 pays (France, Espagne, Italie) afin d’aboutir à un système de surveillance quotidien des douanes ainsi qu’à un accès aux informations sur les flux pour les producteurs. Au sujet des importations d’ail chinois, les représentants de la filière européenne ont indiqué que suite à l’entrée de la Croatie dans l’Union européenne un projet de compensation serait présenté au conseil de l’Union européenne en février prochain. Les quotas d’ail chinois devraient ainsi progresser de 2150 tonnes.

Categorie: Nouvelles fraîches