Nouvelles fraîches | Lundi 14 mars 2016

Perturbateurs endocriniens : la Commission doit publier ses critères avant l’été

Le récent Conseil environnement de l’Union européenne s’est penché sur la définition des perturbateurs endocriniens. Les ministres ont estimé, à l’unanimité, qu’il était temps que la Commission remplisse ses obligations et présente les critères scientifiques permettant de définir les perturbateurs endocriniens. Le Conseil rappelle l’arrêt du Tribunal de l’UE de décembre 2015 qui déclare « illégal » le retard pris par la Commission sur ce sujet (elle devait donner ces critères avant fin décembre 2013 !). La Commission s’est engagée à les publier « avant l’été ».

Expo universelle : le Pavillon France en route vers la région parisienne

Selon nos informations, c’est la candidature de la Communauté d’agglomération Terres de France, qui rassemble les communes de Sevran, Villepinte et Tremblay-en-France (Seine Saint-Denis), qui a les faveurs du gouvernement pour reprendre le pavillon de la France à l’Exposition universelle de Milan, en cours de démontage. Si elle se confirme, l’implantation du Pavillon France s’inscrira dans le développement, en cours, du Parc des expositions de Paris-Nord Villepinte, un projet lui-même lié à la création de la Métropole du Grand Paris, à la candidature de Paris aux JO de 2024 et à la candidature à l’organisation de l’exposition universelle de 2025. Le Pavillon France pourrait être installé à proximité du Parc expo pour le Sial 2016 qui se tiendra en octobre prochain.

Maintien du taux de la taxe sur les produits phytos

L’arrêté fixant le taux de la taxe sur la vente des produits phytopharmaceutiques a été publié au JO du 11 mars. Le taux est maintenu à 0,2 % du chiffre d’affaires des ventes des produits concernés, et à 0,1 % pour les produits de biocontrôle. Le produit de la taxe est affecté à l’Agence nationale de sécurité́ sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) pour assurer la mise en place du dispositif de phytopharmacovigilance. Notons que, et cela a été rappelé à l’AG de l’Aneefel (lire par ailleurs), environ 20 millions d’euros du produit de cette taxe n’est aujourd’hui pas utilisé.

Pommes de terre : baisse de la consommation en février

Sur la période 25 janvier-21 février, la consommation de pommes de terre est en baisse. Les achats des ménages reculent de 7,5 % (6,6 % en GMS) selon le dernier baromètre KantarWorldpanel cité par le CNIPT. Comme en janvier, le mois de février se caractérise par une baisse des quantités achetées (- 300 grammes) alors que la fréquence d’achat reste stable. Les prix au détail sont en hausse. Ils s’établissent en moyenne à 0,93 E/kg en GMS (+45 % par rapport à février 2015).

Categorie: Nouvelles fraîches