Nouvelles Fraîches | Lundi 7 novembre 2016

Stabilité des effectifs au cabinet de Le Foll

Les effectifs du cabinet de Stéphane le Foll, ministre de l’Agriculture et porte-parole du gouvernement sont restés stables entre 2015 et 2016. Le cabinet était composé de 19 personnes au 1er août 2015 et de 20 personnes à la même date en 2016 (soit avant le dernier remaniement). Dans le même temps, les effectifs des fonctions supports (sécurité, restauration, chauffeurs,…) sont passés de 62 à 61 personnes, ce qui fait un effectif global (membres du cabinet + fonction support) de 81 personnes, identiques à 2015. Ce résultat est d’autant plus notable que selon le « Jaune budgétaire » annexé au projet de loi de finances pour 2017, les effectifs de l’ensemble des cabinets ministériels du gouvernement Valls sont en hausse de 14 % (563 équivalents temps plein contre 495 il y a un an), les fonctions supports étant en hausse de 4 %. Plus de 40 % des cabinets ministériels dépassent les objectifs fixés par le Premier ministre de 15 collaborateurs maximum par ministre et 10 par secrétaire d’État (Stéphane Le Foll étant également porte-parole, il a pu déroger « officiellement » à cette règle). Ainsi, Ségolène Royal, ministre de l’Environnement dispose de 18 membres de cabinets, et Jean-Michel Baylet, ministre de l’Aménagement du territoire de 17 (au lieu de 15). Le ministre des Outre Mer (à l’époque George Pau Langevin) s’en tient aux 15 membres réglementaires (Notons que le cabinet d’Ericka Bareigts se compose actuellement de 16 membres). Secrétaire d’Etat au Commerce, Martine Pinville déroge à la règle (11 membres contre 10 autorisés).

Destination Guadeloupe pour les Producteurs de Légumes de France

Légumes de France organise sont congrès annuel en Guadeloupe du 15 au 20 novembre. A notre connaissance, c’est la première fois qu’un congrès agricole national se tiendra dans un département d’Outre-mer. De nombreuses visites d’entreprises de production (melon, horticulture, banane) sont programmées pendant ce congrès. La session plénière proprement dite aura lieu le 16 novembre avec deux table rondes : « Fruits et légumes : comment en faire des atouts santé ? » et « Légumes : leur valeur est-elle en danger ? ». Xavier Beulin, président et Jérôme Despey, secrétaire général adjoint, de la FNSEA participeront à une partie des travaux du congrès et notamment à la soirée anniversaire des 70 ans du syndicalisme agricole.

USA : hausse du revenu des coopératives agricoles

Selon l’USDA, cité par Flash Agri Zone Alena, les revenus nets des coopératives agricoles américaines ont atteint un record de 7 milliards de dollars en 2015. Pour les 100 plus grandes coopératives agricoles, le revenu net est passé de 4,3 milliards en 2014 à 4,9 milliards de dollars en 2015, soit une augmentation de 14%. Pourtant, le chiffre d’affaires global a chuté : il s’établit à 149 milliards de dollars en 2015 contre 177 milliards en 2014. Ce recul reflète la baisse du prix des céréales, des oléagineux, du bétail de même que celle du prix des intrants.

Le sel soumis à son tour à l’embargo russe

Depuis le 1er novembre, le sel a rejoint la liste des produits alimentaires importés bannis de Russie Ce nouvel embargo, qui concerne aussi bien le sel de cuisine que le chlorure de sodium ou l’eau de mer isotonique, avait été annoncé en septembre, peu après la décision prise par l’Union européenne de prolonger jusqu’au 31 janvier 2017 les sanctions économiques appliquées à la Russie depuis deux ans, en réaction au conflit ukrainien et à l’annexion de la Crimée. La Russie consomme environ 1,5 million de tonnes de sel par an et importe le tiers de sa consommation.

Pommes de terre : le NEPG décale l’estimation de la récolte finale 2016

En raison de la récolte tardive dans les 5 pays du NEPG (Groupe des producteurs de pommes de terre du Nord-ouest européen), l’estimation officielle de la récolte du NEPG sera retardée jusqu’à la 3ème semaine de novembre. Le NEPG n’a pas de chiffres totaux de la récolte pour le moment, mais il parait évident que l’estimation de septembre 2016, avec 24,9 millions de tonnes, sera revue à la baisse. Il y aura moins de pommes de terre et plus de problèmes de qualité́.

L’agriculture et l’agro-alimentaire représentent 16 % des échanges franco-allemand

La France réalise, au premier semestre 2016, 17% de ses échanges avec l’Allemagne, ce qui en fait, de loin, son premier partenaire commercial, indique une note de l’Ambassade de France à Berlin. Le déficit commercial de la France avec l’Allemagne a considérablement diminué au premier semestre 2016 par rapport au premier semestre 2015 (-5,9 Md€ contre -7,9 Md€) en raison principalement d’une hausse des exportations aérospatiales conjuguée à une baisse encore plus importante de leurs importations. La France redevient, au premier semestre, le premier partenaire commercial de l’Allemagne devant les Etats-Unis après lui avoir cédé sa place en 2015. Au premier semestre 2016, les échanges franco-allemands sont constitués à 10% de machines industrielles et agricoles, machines diverses (soit 8% des exportations et 12% des 
importations françaises), 
et à 6% de produits des industries agroalimentaires (soit 6% des exportations et 6% des importations 
françaises), 
soit 16 % au total, ce qui en fait le deuxième secteur derrière les matériels de transport (35 %). Parmi les vingt premiers produits d’exportation français se trouvent les parfums et produits pour la toilette ainsi que des produits agricoles ou agroalimentaires (produits laitiers et fromages, céréales (sauf riz), légumineuses et oléagineux et vins de raisin), alors que les vingt premiers biens importés depuis l’Allemagne sont exclusivement des produits industriels ou des matières premières.

 

 

 

 

 

 

Categorie: Nouvelles fraîches