Le Blog en campagne | Lundi 27 mars 2017

Les candidats à Brest pour plancher sur l’agriculture

Le congrès de la FNSEA va se tenir les 28 et 29 mars à Brest. C’est un congrès électif, et le nouveau conseil d’administration de la fédération sera connu le 29 en fin de journée. C’est ce conseil qui devra élire, le 13 avril, le futur bureau et le futur président de la FNSEA. A ce jour, seule Christiane Lambert, 1ère vice-présidente et qui assure la présidence par intérim depuis le décès de Xavier Beulin, a annoncé sa candidature. Le temps fort se déroulera le lendemain du congrès, le 30 mars. Toujours à Brest, le Conseil de l’agriculture française (qui regroupe la FNSEA, les JA, l’APCA et la CNMCCA) recevra les candidats à l’élection présidentielle. Les 11 candidats ont été invités. Lundi matin, nous sommes en mesure de dire que seront présents : Jacques Cheminade, François Fillon, Jean Lassalle, Marine Le Pen, Emmanuel Macron. Comme pour le congrès de 2012 à Montpellier, Jean-Luc Mélanchon a fait savoir qu’il ne pouvait (voulait ?) pas venir. Mais qu’il pouvait se faire représenter. Et comme en 2012, les organisateurs ont répondu que seuls les candidats étaient invités. Enfin, pas de nouvelles d’une éventuelle venue de Benoît Hamon, et la journée de Brest ne figure pas aux agendas officiels de Nicolas Dupont-Aignan, Philippe Poutou, et François Asselineau. Nathalie Arthaud ne publie pas son agenda.

En Marche : un programme agricole « macronien »

Le mouvement d’Emmanuel Macron organisait le 23 mars un ‘afterwork’ sur l’agriculture, à son siège de campagne à Paris. Une petite trentaine de personnes a assisté à ce rendez-vous, dont peu de représentants du monde agricole. Les trois principaux syndicats n’étaient pas présents. Sur le fond, c’est Audrey Bourolleau, en charge de l’agriculture pour En Marche qui a pris la parole. Rien de révolutionnaire n’a été annoncé : un Grenelle de l’alimentation sera organisé ; les acteurs de la filière se réuniront pour régler la question du juste prix ; la grande distribution sera « mise à contribution » ; les agriculteurs seront indemnisés pour les services environnementaux (à hauteur de 200 millions d’euros) ; le budget de la Pac sera préservé ; … « Je veux que les agriculteurs puissent vivre dignement de leur travail par un juste prix payé » écrit Emmanuel Macron. Qui peut être contre ? Notons enfin qu’avant de rejoindre Vin et Société,  Audrey Bourolleau a dirigé le service marketing des propriétés Baron Philippe de Rothschild. Une macronienne avant l’heure !

Le Foll annonce la 2ème édition de « la nuit de l’agro-écologie » le 22 juin

Cela s’appelle de l’optimisme, de l’opiniâtreté ou de l’obstination (ou les 3…). Stéphane Le Foll annonce la tenue de la 2ème édition de la nuit de l’agro-écologie » le 22 juin « autour d’événements organisés sur l’ensemble du territoire: cafés-débats, dégustations de produits, visites de fermes ou d’exploitations des lycées agricoles, ateliers pédagogiques … ». Mais le 22 juin, Stéphane le Foll ne sera plus ministre de l’Agriculture, et bien malin qui peut annoncer aujourd’hui le nom du futur locataire de l’hôtel de Villeroy. Il se peut même que le ministre qui sera nommé au lendemain des législatives ne sera pas celui qui sera nommé au lendemain de l’élection présidentielle. Alors la nuit de l’agro-écologie !

La FNEDT interpelle les candidats

La Fédération nationale entrepreneurs des territoires (FNEDT) a exposé ses 5 doléances dans une lettre aux candidats à l’élection présidentielle. Baisse du coût du travail, lancement d’un grand plan de plantation forestier, sont les principales revendications. «Nous constatons que la suppression en 2015 de l’exonération des charges sociales pour les travailleurs saisonniers demandeurs d’emploi a été traduite par une augmentation de 2 €/h du coût du travail dans nos entreprises », déclare notamment Gérard Napias, président de la FNEDT.

Une association veut « stopper la prolifération de la grande distribution »

L’Association française pour la promotion des terroirs et des saveurs (AFPTS) fondée et présidée par Christian Le Lann, ancien président de la Confédération française de la boucherie charcuterie traiteur (CFBCT) a envoyé aux candidats son « Manifeste pour une alimentation saine et de qualité ». 8 idées sont mises en avant : réaffirmer le lien entre alimentation et environnement, protéger les petits producteurs français, stimuler l’emploi, attirer les jeunes,… Mais ce Manifeste est surtout très virulent à l’encontre de la grande distribution. Le point 3 du texte demande de « stopper la prolifération de la grande distribution ». « L’AFPTS souhaite l’abrogation de la Loi de modernisation de l’économie (LME) et le gel de toute nouvelle implantation de grandes surfaces alimentaires de plus de 1000m2 ».

Législatives : un écolo veut se maintenir face à Le Foll

Le PS doit valider ce lundi 27 mars l’accord électoral pour les législatives avec Europe Ecologie Les Verts. Mais le cas de certaines circonscriptions n’est toujours pas réglé. Et notamment celle de Stéphane Le Foll (4ème Sarthe). Alexis Braud, ex-directeur de campagne du candidat Yannick Jadot qui s’est rallié à Benoît Hamon, veut maintenir sa candidature face au ministre de l’Agriculture et porte-parole du Gouvernement, et l’un des tous derniers ‘Hollandais’. « Secrétaire national du PS, Jean-Christophe Cambadélis indique avoir ‘demandé à EELV de retirer la candidature d‘Alexis Braud’, peut-on lire dans Le Figaro (20 mars). Chargé des élections chez les écologistes, Bruno Bernard reconnaît avoir reçu cette demande, mais indique que ‘la réponse est défavorable’ ». Qui va sauver le soldat Le Foll, sachant qu’il n’a toujours pas indiqué quel candidat à l’élection présidentielle avait son soutien ?

 

 

 

 

 

Categorie: Le blog en campagne