Nouvelles fraîches | Lundi 6 mars 2017

La disparition du ministère de l’Agriculture n’est plus un sujet tabou

Le site Acteurs Publics, révèle le 1er mars, que, dans un document prospectif, des hauts fonctionnaires de la rue de Varenne, réfléchissent à l’avenir du ministère. Quatre scénarii sont envisagés, chacun ayant une ‘note de probabilité’. Premier scénario : le ministère de l’Agriculture disparaît (probabilité conférée : 30 %), pour des raisons budgétaires et les principales directions transférées vers d’autres ministères. Deuxième scénario : un ministère éclaté (probabilité : 20 %), “le ministère de l’Agriculture devrait ainsi être réparti en interministériel et deviendrait un secrétariat d’État à l’Agriculture, à l’Agroalimentaire et à la Forêt (Seaaf), placé auprès du ministre en charge de l’Environnement” écrit Acteurs Publics. Troisième scénario : le ministère devient un secrétariat “indépendant” (probabilité : 10 %). Seul le quatrième scénario, prévoit le maintien du ministère dans sa formation actuelle (probabilité 40 %). Le ministère a fait savoir à Acteurs Publics que ces scénarii ont “été proposés à titre d’hypothèses par certains participants mais n’ont à ce stade fait l’objet d’aucune validation, ni par le comité de pilotage, ni a fortiori par le secrétariat général”. Il ajoute que ces hypothèses sont “irréalistes”, et “n’ont pas vocation à être retenues”. 

La Tapy : des aides FAM pourraient être remises en cause

Le financement, par FranceAgriMer, du programme d’expérimentation « lutte contre les mouches du cerisier » serait remis en cause, selon nos sources. La station avait déposé, en août 2016, une demande de subvention de 80 000€ (coût total du programme 100 000€) pour ce programme. Il s’agit d’un programme de 5 ans, déposé en 2014, pour la période 2015-2019, mais le financement doit-être revu chaque année. 3 dossiers avaient été déposés en 2014 : « Nouveaux vergers cerisiers », « protection sanitaire du raisin » et « lutte contre les mouches du cerisier ». Déjà en 2016, le soutien au programme « protection sanitaire du raisin » a été supprimé pour des raisons budgétaires. La suppression de ce financement remettrait en cause la lutte contre Drosophila suzukii, la priorité absolue  de la filière cerise française.

Syndicalisme agricole : front commun pour le respect des éleveurs

C’est peut-être une première, en tous les cas un événement très rare : les quatre syndicats agricoles (FNSEA, JA, Coordination rurale, et Confédération paysanne) ont signé un communiqué en commun pour dénoncer les tentatives de certaines associations de végans pour utiliser le salon de l’Agriculture comme une tribune pour leurs idées. En effet, à plusieurs reprises, des associations (L214,…) ont tenté, sans grand succès, de perturber la visite du salon, et notamment le Hall 1, consacré aux filières animales. “Nous ne dénonçons pas le véganisme en tant que tel (.) écrivent-ils. Mais le prosélytisme orchestré autour du véganisme n’est pas acceptable”. “Les associations qui prônent l’arrêt complet de l’élevage se trompent de combat, poursuivent les syndicats. L’élevage participe au dynamisme économique et culturel des territoires, façonne nos paysages, ne l’oublions pas !” ”Nous n’acceptons pas les insultes proférées en direction des éleveuses et des éleveurs par une minorité de provocateurs à l’occasion du Salon de l’Agriculture. Nous, syndicats agricoles, demandons ensemble le respect de nos métiers » concluent-ils.

Légère hausse de la fréquentation du salon de l’Agriculture

Le salon de l’Agriculture a fermé ses portes le 5 mars après avoir accueilli prés de 619 000 visiteurs. C’est mieux qu’en 2016, dont l’édition avait été à la fois marquée par la proximité des attentats du Bataclan est une inauguration très perturbée par des agriculteurs en colère, et qui avait vu sa fréquentation baisser à 611 000 visiteurs. « Avec 48 délégations internationales, 52 visites officielles, de très nombreux professionnels et plus de 2 400 journalistes, le Salon International de l’Agriculture a tenu son rôle de caisse de résonance médiatique et politique et a prolongé le débat autour de l’actualité du secteur » annoncent les organisateurs. L’édition 2018 du SIA se déroulera du 24 février au 4 mars. Notons que le Sima, qui s’est déroulé du 26 février au 2 mars, a connu une légère érosion de son visitorat (- 3 %) à 232 000 entrées.

Acquisition de Clair de Lorraine par Vegafruits

Vegafruits, coopérative basée à Saint Nicolas de Port (54), leader mondial du négoce de mirabelle acquiert Clair de Lorraine, producteur et distributeur de produits régionaux lorrains, également connue pour son produit le Perlé, avec l’appui de l’ILP et d’Unigrains. Cette opération permet de renforcer la structuration de la filière mirabelle en Lorraine et de conforter son ancrage dans le territoire. L’intervention des investisseurs, le fonds régional ILP et le spécialiste de l’agroalimentaire et de l’agro-industrie Unigrains, aux côtés de Vegafruits, coopérative de premier plan qui consolide ses débouchés, permettra également de poursuivre le développement de la société Clair de Lorraine. Le nouvel ensemble génèrera une vingtaine de millions d’euros de chiffres d’affaires.

 

 

 

 

 

Categorie: Nouvelles fraîches