La famine est de retour | Lundi 10 avril 2017

Alors que, dans cette désespérante campagne électorale, on ne parle quasiment que de bio, de circuits courts, etc, la FAO constate le retour de la famine. Plus de 100 millions d’êtres humains sont confrontés à une crise alimentaire.

« En 2016, 108 millions de personnes dans le monde vivaient en situation d’insécurité alimentaire de crise ou pire » écrit la FAO dans son rapport annuel. Cela représente une hausse de près de 30 % par rapport à 2015. Les principales crises alimentaires ont été attisées par des conflits, la flambée des prix des produits alimentaires et des anomalies climatiques provoquées par le phénomène d’El Niño. « Il s’agissait de crises sévères et de grande envergure qui, dans certains cas, ont touché des populations nationales entières et dans d’autres, provoqué des dommages considérables dans certaines régions localisées » poursuit la FAO. « Les vastes et graves répercussions des conflits ont plongé des millions de personnes dans l’insécurité alimentaire; celles-ci ont maintenant besoin d’une aide urgente au Yémen (14,1 millions), en Syrie (7,0 millions), dans le nord-est du Nigéria (4,7 millions), et au Burundi (2,3 millions). En Somalie, l’insécurité, conjuguée à de fortes sécheresses, s’est traduite par une profonde insécurité alimentaire en 2016 qui devrait encore s’aggraver dans les premiers mois de 2017 » ajoute la FAO. Les prévisions pour 2017 indiquent que les conditions vont empirer à certains endroits, ce qui peut engendrer des famines dans certaines poches de population du nord-est du Nigéria, du Yémen, de la Somalie et du Sud-Soudan. Outre les conflits, la flambée des prix des produits alimentaires de base, en particulier au Nigéria et au Sud-Soudan, a fortement restreint l’accès des populations vulnérables aux aliments, aggravant ainsi leur insécurité alimentaire. « Le monde doit aujourd’hui répondre à un appel à la mobilisation sans précédent face à cette situation » conclut la FAO.

Categorie: Le dossier de la semaine