Le Blog en campagne | Mardi 18 avril 2017

Haute-Vienne : de Bayrou à Le Pen

La visite de Marine Le Pen dans une ferme de Haute-Vienne le 12 avril a provoqué quelques remous dans le monde agricole local. La candidate était reçue par un éleveur, Christophe Lechevallier. L’homme est connu du grand public pour avoir participé à l’émission « L’Amour est dans le pré » rappelle France3 (12 avril). Il est aussi adepte du grand écart politique. En 2012, c’est François Bayrou qu’il avait accueilli. Il avait ensuite était candidat centriste aux législatives. En septembre 2016, il démissionne du poste de secrétaire général de la FDSEA de Haute-Vienne après avoir annoncé son ralliement au Front national. Il a toutefois été élu, le 7 mars, vice-président de la FNSEA Nouvelle Aquitaine. Ce qui n’a pas empêché cette dernière de se désolidariser de l’initiative de son représentant : « Afin de ne laisser planer aucun doute, la FNSEA Nouvelle-Aquitaine tient à souligner qu’elle n’est le support d’aucun meeting, ni le porte-parole d’aucun des partis politiques dans cette campagne, écrit-elle dans un communiqué. C’est en son nom propre et sur la base d’une initiative personnelle, qu’un éleveur de bovins viande de la commune de Pageas (87) accueillera sur son exploitation Madame Marine Le Pen pour son prochain meeting ». La fédération rappelle ensuite ses «  valeurs fortes pour plus d’Europe et mieux d’Europe ».

Bussereau contre le ni-ni

Député LR, président de l’Assemblée des départements de France, et ancien ministre de l’Agriculture, Dominique Bussereau juge « stupides et mortifères » les attaques du camp Fillon contre Emmanuel Macron (Challenges, 6 avril). « Elles rabaissent le débat et vont rentre dérisoires les appels à voter pour ce candidat du centre s’il est en tête au premier tour. Car je ne doute pas que Fillon ou Sarkozy, tous les gens raisonnables, renoncent au ni-ni et fassent barrage à Le Pen ». Centrisme quand tu nous tiens ! Réponse dimanche soir.

Laurence Lasserre chez Macron

Selon La Lettre de l’Expansion (10 avril), Laurence Lasserre, ancienne attachée de presse de Jean-Pierre Raffarin à Matignon (de 2002 à 2005), est à l’initiative, avec deux autres ex de Matignon sous Raffarin, de la rencontre d’une cinquantaine de collaborateurs des cabinets ministériels sous Chirac et Sarkozy qui s’est tenue au QG d’Emmanuel Macron, le 5 avril. Laurence Lasserre avait également été vue à « l’after work agricole » du candidat Macron le 23 mars, à Paris (cf. notre Blog du 27 mars). Elle est actuellement déléguée à l’information et à la communication au ministère de l’Agriculture.

Le Foll indésirable chez Macron

« Surtout que Stéphane Le Foll reste chez lui » : c’est, selon Challenges (13 avril) ce que des soutiens du candidat on fait savoir au ministre de l’Agriculture. Il ne faut « surtout pas » qu’il rallie Macron, ajoutent-ils. Pourtant, selon L’Opinion (12 avril), Le Foll tente de rassembler le dernier carré de fidèles de François Hollande, et projette de publier un texte de ralliement implicite à Macron. Vite, de l’aspirine !

Categorie: Le blog en campagne