Edito : Drôle de mois d’août | Lundi 4 septembre 2017

L’agriculture n’est jamais en vacances. Et cette année, moins que d’habitude, elle n’a eu droit à la pause estivale. Il y a eu d’abord l’affaire Fipronil. Deux margoulins ont vendu une poudre de perlimpinpin. C’est une fraude, sans conséquence pour la santé. Mais cela a suffit à tous les censeurs de « l’agro-industrie », et ils sont de plus en plus nombreux, pour ressortir leur éternel discours contre la productivité, la mondialisation, etc. Sans se poser, à ma connaissance, la bonne question : comment ce produit ‘vétérinaire’ a pu être homologué ? Qui dit fraude, dit complicité. Il y a quelque part, aux Pays-Bas ou en Belgique, quelqu’un qui a probablement été soudoyé pour donner l’autorisation nécessaire. C’est le seul scandale.

Autre sujet, les Etats généraux de l’alimentation. Les premières réunions des ateliers viennent de commencer, et leurs déroulements sont loin de satisfaire (lire Nouvelles fraîches). Auparavant, la liste des présidents des ateliers a été publiée. Et a ému, c’est le moins qu’on puisse dire, les organisations agricoles. Il faut dire que confier la présidence de l’atelier sur les prix agricoles au PDG de Système U et au DG de Danone, il fallait oser.

Le loup, lui aussi, s’est invité au coeur de l’été. Les éleveurs sont de plus en plus inquiets, de plus en plus à cran. Des manifs ont été organisées dans l’Aveyron, en Occitanie, …. Déjà, 4 loups ont été abattus pour le seul mois d’août, soit 10% du quota, un quota qui s’avère dores et déjà insuffisant. D’autant que selon des prélèvements ADN réalisés par des éleveurs de l’Aveyron, les loups seraient plus nombreux qu’annoncés (Sur le seul plateau du Larzac, il y aurait 5 spécimens différents, alors qu’il y en a officiellement 1). Le Gouvernement a beau promettre une réflexion, dans les alpages, sur les causses, l’angoisse est totale.

Ministre de la Transition écologique, Nicolas Hulot est triste quand on lui parle de loups abattus. Il doit donner des gages à ses amis écologistes. Alors, pour se faire pardonner l’abattage de loups, il a, non sans démagogie, annoncé que la France votera contre la proposition de la Commission européenne de renouveler pour dix ans la licence du glyphosate. Les syndicats agricoles ont raison de rappeler que pour l’instant, le glyphosate, utilisé très raisonnablement, est le seul produit permettant d’aller vers l’agro-écologie. Mais ça, c’est trop compliqué à expliquer.

L’automne arrive. Il paraît que c’est « une saison sage et de bon conseil ». Espérons ! OM

Categorie: Le dossier de la semaine