dimanche 18 février 2018

Visiteurs : 205 284   
TV AGRI
TV AGRI

Mais que va-t-il bien pouvoir dire ?

Longtemps annoncé dans la Manche, département de Stéphane Travert, l’intervention d’Emmanuel Macron sur les Etats généraux de l’alimentation, se fera finalement ce mercredi 11 octobre (1) à Rungis. Pour dire quoi ?

Petit rappel

Les Etats généraux de l’alimentation sont la grande et seule promesse de campagne du candidat Macron sur l’agriculture. Son projet agricole est simple : rémunérer les producteurs au juste prix. Une fois élu, le président nomme Jacques Mézard, ministre de l’Agriculture. Ce dernier a tout juste le temps de lancer le chantier des Etats généraux. Il quitte la rue de Varenne, après les législatives, pour devenir ministre de la Cohésion des territoires. Il est remplacé à l’Agriculture par Stéphane Travert, un socialiste de la Manche, rallié à la République en marche. Les EGA doivent être lancés début juillet, mais ce lancement est reporté au 20 juillet pour que Macron puisse être présent, ce qui ne sera finalement pas le cas. Ce jour là, on apprend que le président prendra la parole à l’automne, à la charnière entre le chantier 1 (les prix, le revenu), et le chantier 2 (le sociétal) (pour faire court).

Des ateliers compliqués

Après le 20 juillet, il ne se passe quasiment rien. Les présidents des ateliers sont nommés début août, et les premières réunions sont organisées à partir de la fin août. La plupart du temps, il s’agit de réunion à 50, 60 personnes, voire davantage. Et ces rendez-vous se passent plus ou moins bien, suivant la personnalité et l’implication des présidents d’ateliers ; certains brillants par leurs absences répétées.

Que faire pour le revenu ?

Un des buts des EGA est d’aboutir à une solution sur la question du revenu des agriculteurs avant l’ouverture des négociations commerciales. C’est précisément où nous en sommes. Depuis quelques jours, l’échéance arrivant, c’est la foire d’empoigne. Comme d’habitude, Leclerc a tiré le premier en indiquant que le résultat de ces tractations se traduirait par une hausse des prix. Faux répondent tous les autres. Alors que peut dire Macron mercredi ? Réforme de la LME, augmentation du seuil de revente à perte, contrats, encadrement des promotions, … jusqu’à présent les pistes qui semblent remonter des ateliers ne semblent pas bien neuves. Surtout, certaines nécessitent une modification législative. Ce qui peut prendre du temps.

Glyphosate, Mercosur, Ceta, loup, bio, les autres sujets du président

Au-delà de cette question, capitale, du prix et du revenu, Emmanuel Macron est attendu sur bien d’autres sujets. Fiscalité agricole, loups, aides à la bio, glyphosates , Ceta, Mercosur, … les thèmes ne manquent pas. Et la position du gouvernement et de la majorité n’est pas toujours très claire. Le président de la République devra démontrer qu’il a une politique agricole, que sur ce sujet aussi, il sait rendre les arbitrages et fixer un cap. Parce-que pour le moment, comme dirait l’autre, c’est le B… ! OM

(1) : notons, sans fausse modestie, que ce Blog a été le premier à annoncer la date de l’intervention d’Emmanuel Macron sur les Etats généraux (cf. notre Blog du 4 septembre).