lundi 19 novembre 2018

Visiteurs : 291 836   

10 ans après

C’est le Journal du dimanche (22 octobre) qui nous l’apprend : l’association Ecologie sans frontières organise ce mercredi soir un « cocktail dinatoire bio » pour les 10 ans du Grenelle de l’environnement.

Devraient y participer Jean-Louis Borloo, Chantal Jouanno, José Bové, Yannick Jadot, Alain Bougrain-Dubourg. Toujours selon le JDD « les hauts responsables du Medef, la FNSEA, et les syndicats CGT, CFDT et FO ont répondu présent ». Les organisateurs attendent encore la réponse de Nicolas Sarkozy et de Nicolas Hulot. Ce rendez-vous tombe à point nommé, au moment où commence le deuxième chantier des Etats généraux de l’alimentation. Deuxième chantier dont les organisations professionnelles agricoles redoutent qu’il se transforme en Grenelle de l’environnement bis. Cette soirée « revival » se déroule en plein milieu de la semaine où l’Europe doit, en principe, trancher sur la ré-autorisation du glyphosate. Sur ce point, Nicolas Hulot a, lundi matin sur RTL, avancé ses positions. « Je n’imagine pas une seule seconde qu’on ré-autorise pour dix ans. Ce sera largement en dessous de cinq ans, je l’espère” a-t-il déclaré. Et le ministre d’ajouter : “On peut ré-autoriser par exemple pour trois ans, ce qui serait une bonne échelle. Et pendant ces trois ans, regarder tout ce que l’on peut trouver en termes d’alternative et aider ceux pour lesquels l’utilisation du glyphosate est indispensable à se pencher sur d’autres pratiques”. Autre sujet qui fâche : le sulfoxaflor. Les ministres Travert et Hulot ont demandé à l’Anses “d’analyser de façon prioritaire” les “données complémentaires relatives aux risques”. Ces nouvelles analyses doivent permettre « dans les trois mois » d’éventuellement « modifier les deux autorisations de mises sur le marché ». Toujours lundi matin sur RTL, Nicolas Hulot a clairement indiqué sa préférence, tout en rappelant que l’Anses devait décider en toute indépendance. Ben voyons ! Si on ajoute, pour les agriculteurs, la question du loup, pour le Medef, celle de Notre-Dame des Landes, etc., la soirée peut rapidement s’animer. Si les discussions deviennent trop vives, on pourra toujours programmer un karaoké : “On s’était dit rendez-vous dans 10 ans…”. OM