vendredi 20 avril 2018

Visiteurs : 233 511   
TV AGRI
TV AGRI

Planète Sival

Comme nous étions bien à Angers la semaine dernière, loin de ‘l’affaire Lactalis’, des négociations commerciales,… Le Sival était comme une bulle, mais pas une bulle spéculative, plutôt un bol d’air frais. Et même l’abandon de l’aéroport de Notre-Dame-des-Landes, projet soutenu par de nombreux acteurs économiques de la filière f&l, n’est pas parvenu à ternir la fête.

Commençons par le bilan du salon : 24 000 visiteurs (contre 22 800 en 2017), 1500 m2 d’exposition en plus, une internationalisation qui se poursuit avec notamment de nombreuses délégations étrangères en provenance de Chine, d’Iran, du Portugal, d’Algérie, de Roumanie, de Grèce, de Serbie, du Nigéria… Le Sival n’a qu’un problème : pousser les murs, agrandir les parkings, bref faire ou trouver de la place pour pouvoir continuer à grandir. Notons que toutefois, deux ministres étaient annoncés, Nicolas Hulot et Stéphane Travert : aucun n’est venu. « Des problèmes d’agenda, vous comprenez ? ». Bien sûr. Autre absente, la présidente du Conseil régional qui n’avait semble-t-il pas envie de se montrer après l’annonce de l’abandon de l’aéroport. « Vous comprenez ? ». Oui, oui. Une suggestion : et si les organisateurs de salons ne se mettaient plus en quatre pour accueillir des politiques qui, au dernier moment n’en font qu’a leur tête ? Dans ce contexte ultra positif du Sival et de la filière fruits et légumes, le bruit de la capitale se faisait de plus en plus lointain. Lactalis, charte d’engagement, Etats généraux, tout cela était loin des préoccupations du public et des exposants. Même la question, très sensible, des phytosanitaires, semblait être dédramatisée. « On vient pour chercher des solutions », « il faut bien qu’on se prépare » entendait-on dans les allées. Le monde agricole se prépare au moins de pesticides, et pourquoi pas à la sortie du chimique. Mais laissons lui le temps et tenons lui la main. Un dernier point sur la charte d’engagement et les négociations commerciales. Il paraît que ça n’a pas marché. Vous m’en voyez très surpris ! OM