vendredi 20 avril 2018

Visiteurs : 233 511   
TV AGRI
TV AGRI

Nouvelles fraîches

EGA : les 5 milliards, des bitcoins ?

En clôturant le congrès de la FNPF qui s’est tenu les 24 et 25 janvier à Cavaillon, Luc Barbier, président de la fédération n’a pas caché son inquiétude quand à l’issue des EGA. « S’il y a échec des EGA, ce ne sera pas la faute des filières, ce ne sera pas la faute de l’économie, a-t-il déclaré. Ce sera la faute de l’Etat qui n’aura pas tenue ses engagements ». La crainte de Luc Barbier : que le plan d’investissement de 5 milliards promis par l’Etat ne soit que de la monnaie de singe, des « bitcoins » selon son expression. Une réunion au ministère a servi à alimenter son inquiétude. Ses interlocuteurs lui auraient fait comprendre qu’il n’y aurait pas beaucoup d’argent frais dans ces 5 milliards, mais plutôt des réorientations de crédits, des soutiens aux prêts, de la BPI, etc… « Nous avons fait le travail » a-t-il ajouté à propos des EGA. « Maintenant, la réussite ne dépend plus de nous. Elle dépend du décideur, du politique. Si Macron ne va pas jusqu’au bout, tout ce travail sera vain. Mais même si Macron ne nous suit pas, suivons notre plan de filière. L’avenir nous appartient » a-t-il conclu. Luc Barbier a annoncé que c’était son dernier congrès de la FNPF en tant que président. Il va quitter la présidence dans les prochains mois.

Pommes de terre : des feux tricolores pour les contrats ?

En présentant le congrès de l’UNPT qui aura lieu au Havre le 13 février, Arnaud Delacour son président, est revenu sur les EGA. En dénonçant à nouveau les pommes de terre « bradées » à 11cts le kilo (cf. notre Blog du 15 janvier) par Intermarché (tiens, tiens), il a mis en avant un « double problème : celui de la sincérité de la signature des distributeurs ; mais aussi de certains négociants complices ». « Notre signature du plan de filière a de la valeur. Nous voulons qu’elle soit respectée ». Le problème concerne aussi la pomme de terre destinée à l’industrie. L’UNPT constate les « pressions » de la distribution sur l’industrie pendant les négociations commerciales, une pression à la baisse sur l’achat des pommes de terre. « C’est en contradiction avec les EGA » constate Arnaud Delacour. L’UNPT a annoncé qu’elle travaillait avec un juriste pour donner des indicateurs aux producteurs sur les contrats proposés. Ce travail pourrait déboucher sur des « pastilles » : vert = on peut signer ; orange = attention, tout dépend de la relation avec l’opérateur ; rouge = contrat notoirement déséquilibré.

Choose France : 83 millions d’euros d’investissements en IAA

Le sommet Choose France (22 janvier à Versailles) a permis aux grandes entreprises mondiales présentes d’annoncer (ou de confirmer) des investissements en France. Pour le secteur agricole et agro-alimentaire, nous avons relevé :

  • General Mills : extension d’une ligne de production de bâtonnets glacés sur le site d’Arras (17 millions d’euros, 50 emplois) ;
  • East Balt : investissement dans son usine de fabrication de buns (pains) pour Burger King à Plessy-Pâté (Essonne) (37 millions d’euros, 65 emplois) ;
  • Fresh Del Monte : création d’une usine de découpe de fruits frais dans la Somme (9 millions d’euros) ;
  • création par SPC (groupe coréen) d’une usine de confection de viennoiseries surgelées à Saint James, dans la Manche (20 millions d’euros, 45 emplois).

Internet : hausse du trafic des sites agricoles

Le trafic des sites agricoles est en hausse de 25 % en 2017, indique TicAgri qui se base sur les chiffres de Similarweb. Ainsi les visites mensuelles sur les 20 premiers sites sont passées de 9,9 millions en 2016 à 12,5 millions en 2017, et de 11,650 à 14,650 millions de visites pour les 40 premiers. 23 sites ont dépassé les 150 000 visites mensuelles (contre 17 en 2016). Le site de la MSA est le plus visité (1,850 million de visites mensuelles), devant PleinChamp (1,4 million) et l’Inra (1,375 million).

Création d’une mission d’information sur le foncier agricole à l’Assemblée nationale

A partir du 8 février, une mission d’information de l’Assemblée nationale va travailler sur le foncier agricole. Présidée par Jean­Bernard Sempastous (LREM, Hautes­Pyrénées) avec comme rapporteurs Anne­Laurence Petel (LREM, Bouches­du­Rhône) et Dominique Potier (Nouvelle Gauche, Meurthe­et­Moselle), la mission veut travailler sur la question du partage des terres entre agriculteurs (transmission, installation), sur l’artificialisation,… La mission compte rendre son rapport en septembre prochain.