dimanche 24 juin 2018

Visiteurs : 258 389   
TV AGRI
TV AGRI

Nouvelles fraîches

Dernière minute : l’UE proroge jusqu’au 15 septembre 2018 les sanctions contre la Russie

Le 12 mars, le Conseil de l’UE a prorogé pour une nouvelle période de six mois, soit jusqu’au 15 septembre 2018, les mesures restrictives liées aux « actions compromettant ou menaçant l’intégrité territoriale, la souveraineté et l’indépendance de l’Ukraine ». Ces mesures consistent en un gel des avoirs et des restrictions en matière de déplacements. Elles continuent de s’appliquer à 150 personnes et 38 entités. Ce sont ces sanctions qui sont à l’origine de l’embargo russe sur des produits agricoles (produits laitiers, fruits et légumes,…).

Allemagne : les producteurs de lait bio sont priés de ne plus augmenter leur production

Les laiteries allemandes recommandent aux producteurs de ne plus augmenter la production de lait bio dans les prochains mois, afin de stabiliser les prix à la production. Les augmentations prévues de cheptels doivent être reportées. En moyenne les prix à la production étaient de 49,1 cts en janvier, soit un recul de 0,3 ct par rapport à décembre dernier. (avec Socopag)

Leger excédent du commerce extérieur agro-alimentaire

En janvier, le solde du commerce extérieur agro-alimentaire de la France est légèrement excédentaire (+0,4 milliard d’euros), alors que le déficit global de la France s’élève à 5,6 milliards. Les importations s’élèvent à 3,5 milliards d’euros (soit 7,6 % des imports totales) et les exportations à 3,9 MdsE (10,2 % des exports). Les achats sont notamment soutenus par les acquisitions de produits alimentaires au sein de l’UE (produits laitiers, boissons, préparation à base de légumes), à la Côte d’Ivoire (chocolat) et à la Suisse (café́ conditionné), ainsi que par des approvisionnements en tabacs manufacturés à l’Allemagne. Le retrait global des ventes est principalement dû à un repli marqué des ventes de préparations alimentaires et de sucre vers l’Afrique (Algérie, Mauritanie, Libye). S’y ajoutent de moindres livraisons d’huiles aux Etats membres de l’UE (Belgique et Pays-Bas) et la poursuite de la diminution des ventes de produits laitiers (Asie et Afrique, notamment).