jeudi 20 septembre 2018

Visiteurs : 278 008   

Budget européen : le calendrier ou la démocratie ?

La Commission européenne a publié le 2 mai ses propositions relatives au Cadre Financier Pluriannuel 2021- 2028. Dans ce projet, le budget de la Pac est mis à contribution : il serait amputé de 5 % pour compenser la baisse du budget européen à la suite du Brexit et faire face aux nouvelles dépenses (défense, sécurité, immigration, etc.). Ces propositions sont jugées « inacceptables » par le Gouvernement et les syndicats agricoles, qui, pour une fois, parlent d’une seule voix. Cette position est logique. L’agriculture française est en très grande difficulté, et une baisse du soutien communautaire ne peut qu’aggraver la situation. Paris veut mobiliser les autres capitales européennes pour contrer la position de la Commission. Classique. Mais ne peut-on pas essayer de regarder ce sujet d’un autre point de vue ? Le Brexit est un fait. Inutile d’y revenir. Il aura des conséquences budgétaires, c’est certain. Plus grave est la question de la défense et de la sécurité européenne. « Les Etats-Unis ne vont pas nous protéger. L’UE doit prendre son destin en main. Il s’agit d’une question de guerre ou de paix » a clairement indiqué Angela Merkel le 11 mai en présence d’Emmanuel Macron. Bref , l’Europe va devoir faire face a de nouveaux besoins. Dans ce cas, il n’y a que deux solutions : soit augmenter les recettes (c’est-à-dire augmenter la contribution des Etats membres, donc les impôts des citoyens européens, au budget de l’UE) ; soit, si l’on reste dans un budget constant, tailler dans les dépenses actuelles. C’est ce que propose la Commission. Mais au fait, y-a-t-il urgence pour décider ? L’actuelle Commission est en fin de mandat. Le Parlement européen aussi. En mars prochain, nous entrerons en période électorale et il est presque certain que le projet de budget ne sera pas définitivement adopté. Alors pourquoi se précipiter ? Il y a une tendance à accélérer le calendrier ont en substance indiqué les députés européens Michel Dantin et Eric Andrieu le 24 avril à Medfel en dénonçant cette attitude. Car l’équipe actuelle redoute une victoire des ‘populistes’ européens en 2019. Bref, il faudrait jouer le calendrier contre la démocratie. Ce n’est certainement pas une bonne idée !

OM