jeudi 20 septembre 2018

Visiteurs : 278 009   

Nouvelles fraîches

Coquelicots : un bouquin qui ne va pas le dire avec des fleurs

Notez bien la date du 12 septembre. Ce jour-là, c’est bien entendu, le début du débat, en seconde lecture, sur le projet de loi Egalim. Mais, on n’en parlera très peu dans les médias. Non, ce jour-là, c’est un livre qui fera la Une. Son titre : « Nous voulons des coquelicots ». Ses auteurs : François Veillerette, patron de générations Futures et Fabrice Nicolino, journaliste à Charlie Hebdo, auteur de nombreux ouvrages ‘écologistes’ dont notamment en 2009 ‘Bidoche, l’industrie de la viande menace le monde’. Ce titre en dit long sur ce que l’on peut attendre du livre à paraître. L’ouvrage est présenté comme « un manifeste » avec des prises de positions définitives. « Les pesticides sont des poisons qui détruisent tout ce qui est vivant » peut-on lire dans la fiche de présentation. Ils sont «  une tragédie pour la santé ». « Nous exigeons de nos gouvernants l’interdiction de tous les pesticides en France. Pas demain. Maintenant » concluent les auteurs. Le ton est donné. Le ‘plan média’ est ambitieux : la Matinale de France Inter le jour de la parution du livre, des pages dans l’Obs et le Monde, un numéro spécial de Charlie Hebdo,… Dernière info : le livre est publié par la maison d’éditions ‘LLL, Les liens qui libèrent’, qui a été « créée en association avec Actes Sud », la maison d’éditions de François Nyssen, ministre de la Culture !

EGA (1) : les interpros vont rencontrer le Premier ministre, puis Macron

Les principales interprofessions agricoles vont prochainement, certainement dans la semaine du 15 septembre, rencontrer le Premier ministre pour évoquer la mise en place des plans de filières. Pour préparer ce rendez-vous, Stéphane Travert multiplie les rencontres avec les représentants des interpros pour faire « un point d’avancement ». Le 4 septembre, il a déjà rencontré Bruno Dupont (Interfel), André Bernard (Anifelt), Guillaume Roué (Inaporc), Thierry Roquefeuil (Cniel). Et ce lundi 10 septembre, il doit s’entretenir avec Jean-Michel Schaeffer (ANVOL), Jean-Marie Barillere (CNIV), Philippe Juven (CNPO), Laurent Rosso (Terres Univia) et Jean-François Loiseau (Intercéréales
). Une rencontre est également prévue, en octobre, entre le président de la République, les interprofessions et les signataires de la charte du 14 novembre 2017 (charte qui rappelons-le n’avait pas été respectée).

EGA (2) : les interpros doivent « s’approprier » la contractualisation

Dans un courrier envoyé aux présidents des interprofessions, Stéphane Travert insiste sur le fait que chaque filière « s’approprie rapidement le nouveau cadre de contractualisation et de relations commerciales ». « Les interprofessions sont notamment chargées d’identifier – le cas échéant d’élaborer – les indicateurs de coûts de production et de valorisation de marché pertinents » et de « proposer, si nécessaire, des contrats-types » rappelle le ministre de l’Agriculture. « Le nouveau cadre légal s’appliquera pleinement dès les prochaines négociations commerciales » assure Stéphane Travert. Ca, c’est encore à voir !

EGA (3) : bien-être animal, rendez la copie

Dans le courrier cité ci-dessus, Stéphane Travert insiste sur le bien-être animal qui « revêt une importance particulière pour nos concitoyens ». « Il vous appartient de mettre en œuvre les réponses à leurs attentes, poursuit le ministre. Vous voudrez bien me faire part, d’ici la fin de l’année 2018, des mesures prévues ou d’ores et déjà mises en place à tous les stades de la filières ». Il ‘y a plus qu’à !