jeudi 18 octobre 2018

Visiteurs : 284 259   

Nouvelles fraîches

Elections chambres : c’est parti

Les syndicat agricoles sont désormais en ordre de bataille pour les élections aux Chambres d’Agriculture de janvier 2019. Chacun a dévoilé ses slogans et objectifs de campagne. Pour la Coordination Rurale, il s’agit de « rendre l’agriculture aux agriculteurs ». Elle espère « poursuivre sa progression » qui lui avait permis de ravir la deuxième place à la Confédération paysanne en 2013. La Confédération paysanne souhaite retrouver les voix perdues et repasser au dessus des 20 %. « « Nous ne chercherons pas à gagner de manière ciblée tel ou tel département, mais nous ambitionnons d’augmenter sensiblement notre score national », avait déclaré Laurent Pinatel, porte-parole de la CP, en avril dernier. Pour le duo FNSEA/JA, il s’agit de conserver sa position de syndicat majoritaire, c’est-à-dire au dessus de 50 % des voix. Les deux présidents Christiane Lambert et Jérémy Decerle ont présenté leur campagne le 18 septembre. « Avançons ensemble les pieds sur terre » proposent-ils comme thème de campagne. Pour Christiane Lambert, le but est clair « gagner dans les départements où nous sommes majoritaires et en regagner d’autres, par exemple le Calvados, la Charente, le Puy-de-Dôme, la Réunion ou Mayotte ». Il faut « être meilleurs partout » résume Jérémy Decerle.

Pour mémoire, les résultats des élections de 2013 (collège des chefs d’exploitation) : participation = 55 % ; FNSEA-JA = 53,39 % ; CR = 20,49 % ; CP = 18,54 % ; autres = 7,58 %. (lire aussi le Blog en campagne).

Chambres d’Agriculture : l’échelon départemental sera « consolidé »

A l’occasion d’une intervention devant la Convention nationale des Chambres d’Agriculture le 19 septembre, le Premier ministre, Edouard Philippe, a annoncé la mise en place, d’ici l’été prochain, d’un « contrat d’objectifs », avec le réseau des Chambres « comme cela se fait avec presque tous les grands établissements publics ». « Dans ce cadre, nous souhaitons réfléchir avec vous au maillage et aux missions des Chambres d’Agriculture » a–il déclaré. « Le contrat d’objectifs devra clarifier vos activités d’expérimentation, de conseil, de diffusion, et notamment leur articulation avec celle des autres organisations professionnelles. Il devra aussi traiter de l’adéquation des moyens et des missions, afin d’accompagner la régionalisation de certaines missions et de consolider l’échelon départemental pour les missions qui lui reviennent » précise le Premier ministre. Ces évolutions seront inscrites dans la future loi « pour un Etat au service d’une société de confiance ».

EGA : la colère du Sénat

Les sénateurs, membres de la commission des affaires économiques de la Haute assemblée ont refusé d’adopter le texte du projet de loi Egalim issu des travaux de l’Assemblée nationale en nouvelle lecture. La Commission dénonce « l’intransigeance » dont « ont fait preuve tout au long de la procédure, le Gouvernement et sa majorité ». Les députés LREM ont « balayé d’un revers de main les avancées votées par le Sénat et attendues par nos agriculteurs ». « Même la création d’un fonds d’indemnisation des victimes professionnelles des produits phytosanitaires, mesure de justice votée à l’unanimité au Sénat qui transcende les clivages partisans, n’aura pas trouvé grâce à leurs yeux » poursuit le communiqué de la Commission. Les sénateurs sont invités à voter la question préalable sur ce texte le 25 septembre, ce qui fera que le texte sera rejeté sans être débattu. Ils annoncent d’ores et déjà que le texte sera soumis à l’appréciation du Conseil constitutionnel. Le texte reviendra, pour une ultime lecture, le 2 octobre à l’Assemblée nationale.

Stéphane Travert ‘Rugy’ de plaisir

C’est le couple ministériel de la rentrée. Stéphane Travert et François de Rugy, nouveau ministre de l’Ecologie, s’apprécient et tiennent à le faire savoir. Pour mettre en scène cette complicité nouvelle entre Agriculture et Ecologie, les deux ministres ont fait un déplacement commun dans le Médoc, pour une visite sur le thème du biocontrôle. La presse était évidemment conviée pour immortaliser ces sourires, cette bonne ambiance. Rien à voir avec qui vous savez !

Ours : le tacle à Hulot

François de Rugy a donc décidé de confirmer la réintroduction de deux ourses femelles dans les Pyrénées­ Atlantiques. Il a fait cette annonce à l’occasion d’un déplacement dans le Béarn. « J’ai fait le choix de l’annoncer ici, dans le Béarn et non pas dans un entretien à la presse après avoir signé un arrêté dans mon bureau à Paris. Je connais les polémiques et les tensions qui entourent ce projet. Je ne me dérobe pas devant les difficultés. J’assume ce choix ici devant les personnes concernées (.) Mon choix, c’est de ne pas laisser les problèmes s’enliser en reportant toujours les décisions à plus tard. Ce serait sans doute plus confortable pour moi mais cela ne réglerait rien et entretiendrait un climat d’incertitudes source de tensions. Ma volonté, c’est d’agir » a-t-il déclaré. Transmit à Nicolas H.

Le loup repéré en Bretagne

Le loup poursuit sa progression sur le territoire national. L’Observatoire du loup confirme la présence d’un, et même peut-être deux, loups en Bretagne. L’Observatoire supposait la présence du loup depuis quelques temps. Il a été formellement observé le 8 septembre par trois témoins sur la commune de Caurel (Côtes d’Armor). Le loup est présent en Bretagne depuis au moins l’automne 2017. « Nous sommes sur la phase d’installation après de nombreux aller-retour » constate l’Observatoire. Il recommande la mise en œuvre  en œuvre du plan loup dans les départements du Finistère, des Côtes d’Armor et du Morbihan.

Travert répond à Pulvar

« C’est mensonger, c’est limite diffamatoire » : en conférence de presse le 18 septembre, Stéphane Travert a vertement répondu à Audrey Pulvar. Cette dernière avait déclaré que le ministre lui avait dire faire « ce que lui indiquait la FNSEA » (cf. notre Blog du 3 septembre). « La difficulté avec Audrey Pulvar, c’est qu’elle ne cherche pas le compromis,(.) Moi, je suis très constructif. Je suis toujours prêt à faire un pas. Je démens ces allégations. Mais ce n’est que l’écume des choses ». Ca, c’est dit.