vendredi 26 avril 2019

Visiteurs : 325 607   

Le Blog en campagne

LREM : où sont les femmes ?

Trop d’hommes, pas assez de femmes : 1er accroc dans la constitution de la liste LREM pour les élections européennes. « Seules 24 % des candidatures » déposées sont féminines constate le parti présidentiel. LREM a donc décidé de donner un peu plus de temps de réflexion à ces dames. La clôture des candidatures à la candidature a été reportée du 15 au 19 novembre. C’est court mais la première réunion de la commission d’investiture doit ce tenir ce mardi 20 novembre.

Européennes : la liste LREM intéresse des personnalités agricoles

Outre Henri Brichart (cf. notre Blog du 12 novembre), au moins une demi-douzaine de personnalités issues des organisations professionnelles agricoles sont intéressées par la perspective d’une candidatures sur la liste LREM aux élections européennes. Mais à la différence du président du Conseil d’administration de FranceAgriMer, ils n’ont pas fait la bêtise de se confier à la presse (ou alors en échange de la confidentialité…). Henri Brichart a d’ailleurs passé un moment difficile lors du conseil d’administration de la FNSEA du 15 novembre. Ce qui pourrait plomber sa candidature. Les ‘agricoles’ de LREM sont partisans de deux place éligibles pour le monde agricole : une Nord et une Sud. Il semble qu’un ancien responsable des JA de l’Est tienne déjà la corde. Il resterait dont une place ‘Sud’, ce qui éliminerait Brichart.

LR : deux agricoles éligibles ?

Selon nos informations, la FNSEA milite pour deux places éligibles sur la liste Les Républicains. Ce ne sera pas simple car le parti de Laurent Wauquiez table sur un nombre d’élus se situant entre 12 et 16 (18 dans le meilleur des cas) alors qu’il avait envoyé 20 députés au Parlement européen en 2014. Sur ces 20 sortants, 13 sont en situation de ce représenter : 5 sont partis ou en partance vers la majorité nationale (LREM, UDI,…), une ne se représente pas (Françoise Grossetête) et Jérôme Lavrilleux est empêtré dans l’affaire Bygmalion. Chez les sortants ‘agricoles’, Angélique Delahaye ne cache pas son souhait de partir pour un deuxième mandat. Michel Dantin attend d’y voir plus clair par rapport à la ville de Chambéry dont il est maire avant de se prononcer.

Travert : les tensions avec Hulot étaient « réelles »

Un mois après son départ du gouvernement, Stéphane Travert a retrouvé son fauteuil de député de la Manche. Il a choisi de faire sa rentrée politique le 13 novembre sur France Bleu Cotentin. A cette occasion, il revient sur ses relations avec Nicolas Hulot : « les tensions avec Nicolas Hulot étaient, c’est vrai, réelles mais quand j’ai quitté le gouvernement il était déjà parti dans des circonstances qui n’étaient pas normales, la manière dont il est parti n’était pas correct et convenable vis à vis du président » a-t-il déclaré.