jeudi 4 mars 2021

Visiteurs : 482 172   

Nouvelles fraîches

Guillaume complète son cabinet et nomme une conseillère ‘bien-être animal’

Le ministre de l’Agriculture Didier Guillaume a fini de constituer son cabinet (cf. nos Blog des 5 et 12 novembre). Nathalie Barbe, adjointe au chef du service développement des filières et de l’emploi de la DGPE, est nommée conseillère en charge des filières animales, de la forêt et de la performance économique des entreprises agricoles et agroalimentaires. Anne Bronner, chef du bureau de la santé animale, devient conseillère en charge de la qualité, de la sécurité et de la performance sanitaires de l’alimentation, du bien-être animal et de la lutte contre la maltraitance animale. Thomas Roche, chef du bureau des politiques agricoles, rurales et maritimes, hérite des secteurs de la pêche, de l’outre-mer et du financement de l’agriculture. Il est à notéer que la conseillère en charge « du bien-être animal et de la lutte contre la maltraitance animale » n’est pas celle qui est en charge des filières animales…

UE : le trafic des produits phytos s’élève à 1,3 milliard d’euros

Le commerce de produits phytosanitaires illégaux est l’un des secteurs de la criminalité organisée qui connait la croissance la plus rapide en Union Européenne constate Europol. 14 % des phytos en circulation en Europe en 2017 serait des contrefaçons selon les estimations d’EUIPO, le service européen de protection de la propriété intellectuelle . Ce qui représente un chiffre d’affaires de 1,3 md d’euros. Le commerce mondial de ces produits trafiqués est estimé à 6 milliards d’euros (avec Socopag).

Légumes de France : « le gouvernement n’est pas au rendez-vous »

Le congrès de Légumes de France s’est tenu les 15 et 16 novembre dans la Manche, aux pieds du Mont Saint Michel. Dans cette région fortement légumière, les producteurs ont largement pu évoquer leurs sujets de préoccupations, et ils ne manquent pas : relations commerciales, charges salariales, suppressions de molécules, distorsions de concurrence. « Le gouvernement n’est pas au rendez-vous » a constaté Jacques Rouchaussé, président de Légumes de France dans son discours de clôture prononcé en l’absence du ministre de l’Agriculture qui s’est contenté d’envoyer un bref message vidéo. Le point le plus urgent pour les maraîchers est la suppression du TO-DE. Même si de récentes évolutions du dossier vont dans le bon sens « le compte n’y est pas, il manque encore 39 millions d’euros pour 2019 ; 64 millions d’euros pour 2020 et 144 millions d’euros pour 2021 car ce taux de dégressivité sera réduit à 1,10 SMIC pour 2020 et plus rien pour 2021 ». Quant à la loi Egalim, « nous attendons sa mise en œuvre et ses effets. Mais nous seront vigilants, et il vous faudra réagir vite, car il y a fort à parier que certains, suivant le chemin d’un célèbre commerçant Landernéen, voudront tenir la politique du prix bas, et trouveront pour ce faire les moyens de contourner la loi ». Même en congrès dans la Manche, les producteurs de Légumes de France ne se contenteront pas d’une réponse de normand.

Ecoles : L214 in, Interfel out

Intervenant devant le congrès de Légumes de France, la présidente de la FNSEA Christiane Lambert s’est « étonnée » que « L214 ait le droit de faire de la propagande dans les écoles ». Elle a indiqué avoir écrit en ce sens il y a quatre mois au ministre de l’Education. Une lettre restée sans réponse. La présidente a renvoyé un courrier il y a quelques jours. Visiblement, il est plus simple pour L214 d’intervenir dans les écoles que pour Interfel qui s’est vu confirmer l’interdiction de rentrer dans les établissements scolaires. Là aussi, des lettres ont été envoyées aux ministres concernés. Là aussi, elles sont restées sans réponse.

Murmures :

  • selon nos informations, le ministre de l’Agriculture Didier Guillaume devrait venir inaugurer la Maison des fruits et légumes le 26 novembre à Paris ;
  • le congrès de la FNPF se tiendra les 23 et 24 janvier 2019 à Moissac (Tarn-et-Garonne) ;
  • Luc Barbier a officiellement présenté sa démission de la présidence de la FNPF. Il avait fait part de sa décision en janvier 2018 au congrès de Cavaillon. Il souhaite se consacrer à ses autres mandats (président de la FDSEA 54, présidence de Végafruits) et à son exploitation.