mercredi 23 octobre 2019

Visiteurs : 379 345   

To Brex or not to Brex ?

La Commission prépare aussi un plan d’action d’urgence

Alors que le conseil européen du 25 novembre s’annonce décisif sur la tournure que prendra le retrait britannique de l’UE, la Commission accélère les préparatifs. Et annonce clairement la couleur : « le retrait du Royaume-Uni entraînera sans aucun doute des perturbations, par exemple dans les chaînes d’approvisionnement des entreprises, qu’il y ait ou non un accord » écrit-elle dans une communication datée du 13 novembre. Et, ajoute-t-elle « en l’absence d’accord de retrait, ces perturbations seront encore plus importantes ». La Commission a recensé les domaines prioritaires dans lesquels des mesures d’urgences pourraient être nécessaires. Parmi elles, on trouve les services financiers, le transport aérien, les douanes, les règles sanitaires et phytosanitaires, et à la politique climatique. La Commission se prépare au pire scénario, celui du no deal : « Il semble probable que le Royaume-Uni quittera l’UE de manière désordonnée (.) En cas d’absence d’accord, la législation de l’UE cessera de s’appliquer au Royaume-Uni à minuit le 29 mars 2019 » prévient-elle.