mardi 22 octobre 2019

Visiteurs : 379 098   

Bonne année quand même !!!

Le début de 2019 à la même couleur que la fin de 2018 : jaune. La vie publique française, et certains jours la vie économique, est quasiment paralysée depuis presque deux mois par la contestation. Impossible de savoir quand et comment le pays sortira de cette crise. Et pourra affronter les défis de 2019…

… rien que sur le plan agricole, ces enjeux sont nombreux. Le premier rendez-vous est fixé à la fin du mois avec les élections aux chambres d’agriculture. Quel impact aura la crise des gilets jaunes sur ce scrutin ? Quel syndicat en bénéficiera ? La FNSEA, alliée aux JA, restera-t-elle majoritaire (c’est-à-dire au-delà de 50 % des voix au niveau national) ? Quels scores pour la CR, la CP et le Modef ? Le monde agricole, traditionnellement légitimiste, va-t-il être emporté par le vent du dégagisme ? Ou bien au contraire, fidèle à son civisme habituel, votera-t-il massivement ? Un très bon taux de participation pourrait être un signe fort de l’attachement des agriculteurs à la démocratie en ces temps troublés. Et permettrait ainsi, rêvons un peu, au macronisme de changer son regard sur l’agriculture.
Deuxième échéance, le Brexit. L’accord de sortie n’est toujours pas ratifié par les Britanniques. Chaque jour qui passe rapproche le Royaume-Uni et les 27 d’un ‘hard Brexit’. En effet, désormais il ne reste plus que deux possibilités. Soit l’accord de retrait est ratifié, et alors s’ouvrira le 30 mars une période de transition de 21 mois (jusqu’au 1er janvier 2021). Soit il n’y a pas de ratification, et le droit de l’Union cessera de s’appliquer au Royaume‐Uni à partir du 30 mars.
Troisième sujet : les élections européennes. Tout indique que la délégation française sera une nouvelle fois éclatée, et même peut-être davantage que dans le mandat qui s’achève. Cela va contribuer à affaiblir encore le poids de la France au sein de l’UE. Ce qui n’est pas bon signe au moment où il faudra négocier la future Pac.
Bref, tout cela n’est ni drôle, ni réjouissant.
Bonne année quand même !!! OM