dimanche 17 février 2019

Visiteurs : 310 609   

To Brex or not to Brex

La France déclenche son plan ‘hard Brexit’

Le Premier ministre Edouard Philippe a déclenché le « plan lié à un Brexit sans accord ». Il a indiqué que ce plan comportait des mesures législatives et juridiques visant à « faire en sorte qu’il n’y ait pas d’interruption de droits » des citoyens et des entreprises français en cas de sortie sans accord. Le projet de loi habilitant le Gouvernement à légiférer par ordonnances a été publié au Journal officiel du 20 janvier. En ce qui concerne les échanges agricoles et alimentaires, la loi va autoriser le Gouvernement à prendre les mesures de « contrôle vétérinaire et phytosanitaire à l’importation en provenance du Royaume-Uni ». Quelques 50 millions d’euros vont être investit dans les ports et aéroports français, en vue d’un rétablissement du contrôle des marchandises.

Hard Brexit : un coût de 500 millions d’euros pour les filières agroalimentaires

« Les filières agricoles et agroalimentaires françaises font partie des acteurs économiques les plus exposés » aux incertitudes liées au Brexit écrivent les chambres d’Agriculture (APCA) dans un communiqué. L’APCA estime qu’ « une sortie du Royaume-Uni sans accord représenterait un coût de plus de 500 millions d’euros pour les exportations de nos filières agroalimentaires, sur une perte estimée au total à 3 milliards d’euros pour l’économie française ». « L’agroalimentaire serait donc le 3ème secteur économique le plus touché. Cet impact économique pourrait être d’autant plus important si l’on y ajoute les coûts liés à la dépréciation de la Livre Sterling, ainsi que les surcoûts liés à la restauration de droits de douane, à la logistique et à l’introduction de nouvelles normes sanitaires pour franchir la frontière britannique » poursuit le communiqué.