vendredi 23 août 2019

Visiteurs : 359 571   

Européennes : quatre agriculteurs français élus

Les urnes ont parlé. La France sort, une fois de plus, affaiblie des élections européennes. Nos élus seront ultra minoritaires dans les deux principaux groupes du futur PE. Il faudra se contenter de jouer les ‘charnières’. Quelques repères.

Quatre agriculteurs élus

Quatre agriculteurs deviennent députés européens. Ce sera leur premier mandat. Pour le RN, il s’agit de Maxette Pirbakas-Grisoni, présidente de la FDSEA de Guadeloupe. LREM envoie deux agriculteurs : Jérémy Decerle, éleveur en Saône-et-Loire et ancien président de Jeunes agriculteurs ; et Irène Tolleret, viticultrice dans l’Hérault, et conseillère départementale (Divers gauche) de ce département. Enfin, Benoit Biteau, agriculteur en polyculture élevage en Charente-Maritime, conseiller régional (PRG) de Nouvelle Aquitaine ; membre de la commission permanente ; membre de la commission Agriculture, agroalimentaire, forêt, mer, montagne ; et président du groupe PRG, est élu sur la liste EELV.

Qui pour la Com’Agri ?

Quels français pourront siéger au sein de la Commission agricole du futur Parlement ? Les places seront chères. La France aura deux petites délégations (8 et 6 élus) au sein des deux principaux groupes. Il n’est pas sur que les états-majors européens du PPE et du PSE nous réservent des places. On peut raisonnablement penser qu’Eric Andrieu (PS-PSE), le seul sortant français de la Com’Agri réélu, retrouve son poste. Mais Anne Sander (LR), certes députée sortante, mais qui ne siégeait pas à la Com’Agri pourrait avoir des difficultés. Heureusement elle est une proche et ancienne collaboratrice de Joseph Daul, actuel président du PPE. Ca peut aider. Le RN avait deux sièges dans la Com’ sortante. Il devrait les retrouver. Normalement Hervé Juvin devrait rejoindre cette commission. Est-ce que Maxette Pirbakas-Grisoni souhaitera suivre également les travaux de cette commission ? LREM devrait pouvoir aussi obtenir deux places de titulaires certainement pour Jérémy Decerle et Irène Tolleret. Les Verts pourront avoir une ou deux places. Quant à La France Insoumise, cela dépendra du groupe de la gauche européenne (GUE/NGL) qu’elle devrait rejoindre. Il y avait 8 Français (6 titulaires et 2 suppléants) au sein de la Com’agri dans la législature qui s’achève.

74 élus et 5 réservistes

Lundi matin, le ministère de l’Intérieur indiquait la répartition des sièges. 74 sont attribués immédiatement, et 5 sont en « réserve ». Ils rejoindront le Parlement européen après le départ des Britanniques. Le RN obtient 22 élus (+ 1 réserviste) ; LREM = 21 élus (+ 2 réservistes) : EELV = 12 (+1) ; LR = 8 (+ 0) ; LFI =6 (+ 0) ; PS= 5 (+1).

20 sortants réélus

Seulement 20 députés sortants sont réélus : 6 RN, 2 LREM, 3 EELV, 5 LR, 2 PS, et 2 LFI.

PPE et PSE perdent la majorité

C’était attendu, mais c’est une première depuis 1979 : l’alliance PPE-PSE a perdu la majorité absolue au Parlement européen. Selon les premières estimations du PE, il manquerait environ 45 sièges. Le PPE aurait 178 élus, le PSE 152 pour une majorité s’établissant à 376 députés. Il faudra donc l’appoint d’autres groupes : ADLE&R (108 élus dont les Français de LREM) et/ou le groupe des Verts (67 élus). Les négociations peuvent commencer.

Et aussi :

  • sur 34 listes, seules 6 font plus de 5 %. L’ensemble des autres listes totalise 20 % des voix. 11 listes font moins de 10 000 voix ;
  • le Parti animaliste obtient 2,18 % soit 490 000 voix (presque autant que la liste du PC). Ce n’est pas anodin. (Notons qu’il y aura 3 députés de la mouvance animaliste dans le futur PE, 2 Allemands, et un Néerlandais) ;
  • il n’y a que 205 000 voix d’écart entre le RN et LREM.