jeudi 20 juin 2019

Visiteurs : 339 585   

Nouvelles fraiches

Ruralité : quand on veut, on peut !

L’histoire se passe dans une petite commune de l’Yonne (500 habitants) entre Auxerre et Vezelay. L’épicerie a fermé il y a plus de deux ans. Grâce à la ténacité de membres du conseil municipal, à l’action bénévole de plusieurs habitants, et à quelques subsides de l’Etat, un dossier de reprise du commerce a pu être monté. Pendant 18 mois, samedi après samedi, une poignée d’habitants a rénové le local. Un repreneur a été trouvé, et samedi 1er juin, c’était le grand jour, l’inauguration du nouveau commerce devant plus de 100 personnes (soit 20 % de la population tout de même), un député, un sénateur, etc… Il ne reste plus aux habitants qu’à faire vivre ce commerce. La ruralité, c’est d’abord l’affaire des ruraux.

Intrusions dans les élevages : Guillaume promet de la sévérité

Le ministre de l’Agriculture a promis le 28 mai à l’Assemblée nationale de « la sévérité » face aux intrusions dans les élevages. « Soyez assurée que le gouvernement est très présent sur ce dossier et la sévérité́ sera de mise », a déclaré Didier Guillaume en réponse à une question de la députée Séverine Gipson (LREM, Eure). « Il y en a assez de ces intrusions d’individus, de citoyens, qui viennent embêter les professionnels de l’agriculture. Il y en a assez de ne pas respecter les règles, de venir attaquer les outils de travail. Aucune autre profession ne le supporterait. Ce n’est plus possible, et c’est encore moins possible quand ces actions là sont faites et cautionnées par un élu de la République » a ajouté le ministre en faisant allusion a une action de Bastien Lachaud, député (LFI, Seine-Saint-Denis) que l’on voit dans une vidéo tournée de nuit par l’association Direct Action Everywhere (DxE) dans un élevage porcin des Côtes-d’Armor. « La garde des Sceaux, Nicole Belloubet, a envoyé́ une instruction à tous les procureurs de la République pour leur demander d’avoir la plus grande fermeté́ vis à vis de ceux qui attaquent les boucheries, et de ceux qui ont des actes d’intrusion dans les exploitations agricoles » a ajouté le ministre.

Le seuil de 500 loups atteint

Le Groupe National Loup (GNL) s’est réuni le 28 mai. Il a reconnu que le seuil de 500 loups, objectif fixé par le plan national d’actions sur le loup et les activités d’élevage (PNA) pour 2023, serait « officiellement confirmé (.) bien plus tôt qu’attendu, dès 2019 ». « Le nombre d’animaux d’élevage prédatés par le loup reste très élevé, se situant aux alentours de 12 000 cas » poursuit le communiqué du GNL. 3 674 attaques ont été enregistrées en 2018. En conséquence, le plafond maximum de loups pouvant être prélevés sera revu à la hausse en passant de 10 % de la population en 2018 à 17 % en 2019. Parmi les autres mesures annoncées, les indemnisations seront revalorisées et les mesures de protections renforcées.