vendredi 23 août 2019

Visiteurs : 359 331   

L’Europe, l’Europe

La ComAgri, la mal aimée des groupes politiques

Il a fallu un ‘cordon sanitaire’ pour éviter qu’un élu du groupe d’extrême droite ID (en l’occurrence la française -RN et ancienne présidente de la FDSEA de Guadeloupe- Maxette Pirbakas) devienne président de la ComAgri. Les quatre principaux groupes du PE se sont ligués contre cette ‘logique’ et ont fait élire Norbert Lins (PPE-Allemagne). Comment a-t-on pu arriver à l’hypothèse de confier les clés de la ComAgri à un parti anti-Pac ? Selon nos informations, c’est parce qu’aucun des grands groupes n’a manifesté un intérêt pour la présidence de la commission Agriculture. En effet, la règle utilisée pour le ‘partage’ des présidences, permet à chaque groupe, en fonction de son importance, de déterminer ses priorités. Ainsi, le PPE avait droit à 7 présidences et a fait part de ses préférences. Les groupes suivant S&D (5 présidences), Renew (3), Les Verts/ALE (2) ‘piochent’ dans les présidences qui restent (un peu comme pour Parcoursup !). Or, aucun de ces groupes n’avait inscrit la ComAgri dans ses priorités. Inquiétant non ?

Et aussi :

  • la ComAgri est au 9 ème rang du classement des commissions selon le nombre de membres. La commission la plus nombreuse est celle de l’environnement avec 76 membres, suivie de celle de l’industrie- recherche-énergie avec 72 membres ;
  • l’élection des 3èmes et 4èmes vice-présidents de la ComAgri est programmée au 23 juillet. Parité oblige, ces deux postes doivent revenir à des femmes. Le groupe ID va tenter de placer un de ses membres (Maxette Pirbakas, RN-France) mais sans grande chance de succès. On évoque aussi Mazaly Aguilar (ECR, Espagne), Clara Aguilera (S&D, Espagne) ou Ulrike Muller (RE, Allemagne). Mais attention aux pronostics… ;
  • Luke Flanagan (Irlande) est le coordinateur du groupe d’extrême gauche (GUE, dont les Français de LFI) pour les questions agricoles.
  • De son côté, le PPE a désigné Norbert Lins (Allemagne, président de la ComAgri) coordinateur et Juan Ignacio Zoido Alvarez (Espagne) vice-coordinateur pour l’agriculture.

Budget de l’UE 2019: des mesures d’urgence pour un Brexit sans accord

Le Conseil a adopté des mesures d’urgence concernant l’exécution et le financement du budget de l’UE pour 2019 en cas de Brexit sans accord. L’objectif de ces mesures est « d’atténuer l’impact d’un scénario de sortie sans accord » sur le financement dans un grand nombre de domaines, tels que la recherche et l’agriculture. Elles permettront à l’UE de continuer à effectuer des paiements aux bénéficiaires du Royaume-Uni pour les contrats signés et les décisions prises avant la date du retrait, aussi longtemps que le Royaume-Uni continue de verser sa contribution fixée dans le budget de l’UE pour 2019. Ces mesures « profiteront aux particuliers et aux entités du Royaume-Uni, et permettront d’éviter d’éventuelles perturbations pour d’autres bénéficiaires d’un financement de l’UE » a déclaré Mika Lintilä, ministre des finances de la Finlande, qui préside le Conseil.