lundi 14 octobre 2019

Visiteurs : 375 846   

Nouvelles fraîches

Un loup coûte 60 000 euros

La FNSEA et de nombreuses organisations professionnelles (JA, FNO, FNB, FNC, APCA) viennent d’écrire au Premier ministre sur la question du loup. Ces organisations déplorent qu’un premier courrier, daté du 3 juillet, soit resté sans réponse. « La situation est désespérée » poursuivent-elles en rappelant quelques chiffres :

  • 67 674 ovins, 3067 caprins, 557 bovins, 63 chevaux et 73 chiens ont été́ tués par les loups depuis 10 ans ; 

  • 60 000 € par loup, c’est le coût annuel à la charge de la collectivité publique ; 

  • 92% des attaques de loups ont eu lieu sur des troupeaux protégés au cours de l’année 
2018 ; 

  • les attaques de loups en journée (51% en 2018), près des maisons, en présence de 
chiens et d’humains sont de plus en plus fréquentes ;
  • à ce jour le plafond annuel a été́ atteint, 90 spécimens de loup ont été prélevés.
    « Des territoires ne sont plus pâturés et le pastoralisme régresse » constatent les signataires. Ces organisations renouvellent leur demande de rendez-vous.

Des sénateurs au Sommet de l’élevage

Une délégation de la commission des affaires économiques du Sénat, présidée par Sophie Primas LR-Yvelines), présidente de la commission, se rendra le 2 octobre au Sommet de l’élevage à Cournon-d’Auvergne. Ce déplacement sera « l’occasion de recueillir les observations des éleveurs présents sur la conjoncture ainsi que sur les premiers effets de la loi Egalim et de la signature d’accords de libre-échange sur leur filière » indique le Sénat.