mercredi 13 novembre 2019

Visiteurs : 387 829   

Nouvelles fraîches

Encore un « Envoyé spécial » sur les pesticides

« Pesticides : les champs de la colère », tel est le titre du reportage qui sera diffusé dans le cadre de l’émission Envoyé spécial le 24 octobre, sur France 2. « Faut-il interdire les pesticides chimiques à proximité des habitations ? Agriculteurs, riverains, élus, la question divise dans de nombreuses villes et villages » annonce le résumé du reportage qui revient sur les arrêtés anti pesticides. « Mais qu’en pensent les agriculteurs pointés du doigt ? Peuvent-ils encore travailler avec de telles restrictions ? » poursuit le résumé. « Les équipes d’Envoyé Spécial ont suivi ce face-à-face tendu entre pro et anti pesticides » conclut le document. En toute objectivité, comme d’habitude dans cette émission…

Rungis : 58,8 millions d’euros investit en 2018

La Semmaris « portée par la dynamique du plan Rungis 2025 et l’international, poursuit son développement en affichant une croissance de 4,6% de son chiffre d’affaires et de 6,1% de son excèdent brut d’exploitation » peut-on lire dans un document du ministère de l’Economie*. « 2018 est le premier exercice complet pour le Min de Toulouse, dont le chiffre d’affaires s’établit à 7,2M€ grâce notamment à une politique commerciale offensive. La Semmaris a poursuivi la transformation du Marché de Rungis avec la mise en œuvre du plan Rungis 2025 qui prévoit un montant d’investissements de 510M€ d’ici 2025 pour moderniser le MIN de Rungis et conforter sa place de référence en matière d’approvisionnement alimentaire en rénovant le marché physique et en développant les activités de services. En 2018, le montant total des investissements réalisés s’est élevé́ à 58,8M€. Les activités internationales se poursuivent à un rythme soutenu avec un chiffre d’affaires de 2,2M€, soit +240% par rapport à 2017. Les projets de création de marchés se développement notamment en Asie (Vietnam et Philippines), en Asie centrale (Kazakhstan et Ouzbékistan), en Afrique (Bénin) et en Europe (Hongrie) ».
* Rapport relatif à l’état actionnaire, Annexe au projet de loi de finances pour 2020.

Les riziculteurs veulent réformer la clause de sauvegarde

Dans un communiqué, l’Union des producteurs riziculteurs européens et le Syndicat des riziculteurs de France présentent leurs principales revendications pour soutenir la filière. Ils souhaitent notamment que la clause de sauvegarde soit automatiquement activée en cas d’augmentation des importations par rapport à l’année précédente. Ils demandent de surveiller les importations actuelles du Myanmar, dont la croissance est exponentielle pour le type Japonica, et d’appliquer la sauvegarde à tout riz usiné importé. Enfin, lors de la reforme de la PAC, ils veulent le maintien de l’aide spécifique couplée, et que le riz soit exempté du respect de certaines exigences de la conditionnalité́ renforcée.

Lutte contre le gaspillage alimentaire : la CGI communique sur les pratiques responsables du commerce de gros

A l’occasion de la Journée mondiale de l’alimentation (le 16 octobre), la Confédération du Commerce de gros et International (CGI) a décidé de mettre en avant les pratiques responsables du commerce de gros dans la lutte contre le gaspillage alimentaire. Gestion des stocks, calibrage des portions, choix des produits, logistique, don alimentaire,… les exemples sont nombreux. « L’ensemble de la profession est mobilisé de longue date sur la problématique du gaspillage alimentaire qui est, tout à la fois, un enjeu d’efficacité économique et de responsabilité sociétale », souligne Philippe Barbier, président de la Confédération du Commerce de gros et International (CGI). «Premiers partenaires de la restauration hors domicile (RHD), présents partout en France, les grossistes exercent également un métier de service, qui les conduit naturellement à conseiller les clients afin de prévenir et de lutter contre le gaspillage alimentaire. La règlementation, mais plus amplement l’intérêt croissant des consommateurs pour le « manger responsable », a amené la profession à développer de nombreuses solutions et à sensibiliser les clients à cet enjeu », conclut-il.