samedi 7 décembre 2019

Visiteurs : 399 556   

Nouvelles fraiches

5 semenciers français dans le Top 20 mondial

Le site américain AgroPages vient de publier la liste des 20 premières entreprises semencières mondiales, sur la base du chiffre d’affaires (en dollars) de 2018. Le podium est occupé par le groupe allemand Bayer-Monsanto, suivi de l’américain Corteva Agriscience, et du chinois Syngenta (ChemChina). Il y a 5 groupes français dans ce Top20 (ce qui fait de la France le pays le plus représenté) : Limagrain (5ème), Florimond Desprez (12ème), RAGT Semences (16ème), Euralis Semences (19ème) et In Vivo (20ème). C’est un résultat très flatteur. Une question : si l’on continu à mettre des entraves à la recherche (notamment en matière de biotechnologies végétales), si l’on continu à regarder les actions des ‘Faucheurs volontaires’ avec une tolérance coupable, combien de ces groupes vont pouvoir conserver leur rang ? A moins qu’ils ne préfèrent partir s’installer ailleurs.

L’explosion des coûts de production devrait peser sur les contrats pommes de terre 2020

La prochaine campagne de pommes de terre se traduira par une « hausse des coûts de production » estime l’UNPT. Le syndicat des producteurs met notamment en avant la prochaine hausse de la RPD (Redevance pour Pollutions Diffuses), la mise en place à venir de ZNT (Zones de Non-Traitement), de moins en moins d’alternatives aux produits de protection des plantes, l’irrigation plus importante. 2020 sera également marquée par la disparition de l’anti-germinatif historique utilisé dans la filière (CIPC) entrainant un nécessaire nettoyage des bâtiments de stockage, l’aménagement ou la construction de nouveaux bâtiments, et l’utilisation de produits ou des méthodes alternatives plus onéreux. Par ailleurs, les producteurs et leurs organisations font face à « de plus en plus de risques » poursuit l’UNPT. La fédération « demande et veillera, avec ses structures membres, à ce que l’ensemble de ces éléments soient pris en compte dans les contrats de production 2020 ».

Une enquête sur l’affichage de l’origine des fruits et légumes hors du lieu de vente

La FNPF et Légumes de France ont décidé de lancer une enquête pour dresser un état des lieux précis de la pratique consistant à indiquer plusieurs origines (ex / France et/ou Italie) dans la publicité hors du lieu de vente. « Cette pratique n’est pas autorisée par la règlementation qui impose l’indication DU pays d’origine » rappellent les deux fédérations.