dimanche 16 février 2020

Visiteurs : 420 163   
medfel2020

Nouvelles fraîches

Guillaume, ministre pour combien de temps ?

« Ce travail là (sur la distorsion de concurrences – NDLR) nous devons le faire ensemble. C’est la deuxième proposition que je vous ferais lors du prochain salon ». Lorsqu’il prononce cette phrase, le 18 décembre en clôture du congrès de La Coopération agricole, Didier Guillaume sait qu’il ne sera certainement plus ministre de l’Agriculture au moment du prochain SIA. En effet, depuis la mi-décembre, on sait que Didier Guillaume « sera candidat » à la mairie de Biarritz. Or, rappelons le, le maire sortant, le Modem Michel Veunac, va se représenter. Il sera soutenu par LREM et aura comme co-listier Jean-Baptiste Lemoyne, secrétaire d’Etat au Tourisme et au Commerce extérieur. Deux membres du même gouvernement sur deux listes différentes, c’est impossible. Didier Guillaume va certainement démissionner. C’est d’ailleurs ce que pense Le Point (17 décembre). La seule question c’est quand ?

A quoi joue Didier Guillaume ?

C’est la question que pose l’Opinion (23 décembre). Le quotidien rapporte une scène qui se serait déroulée le 18 décembre, pendant le dernier Conseil des ministres de 2019. Au moment de l’annonce de la nomination du préfet Bernard Munch comme DG de l’ONF, le ministre de l’Agriculture, selon le quotidien « dézingue le promu, indiquant que ce n’est pas un bon candidat alors que l’ONF est endetté et connaît un climat social très dégradé. Il rappelle aussi que ce choix n’avait été ratifié que d’un cheveu par les commissions des affaires économiques de l’Assemblée nationale et du Sénat, début novembre… ». « Edouard Philippe, poursuit l’Opinion, montre un signe d’agacement. Sèchement, Emmanuel Macron s’étonne également. « C’était un moment assez lunaire » raconte un ministre. « « Didier Guillaume l’a fait exprès » ajoute un autre. Histoire d’avoir une bonne raison de démissionner, ou de se faire remplacer…

Voici venue le temps des tomates bio d’hiver importées

Depuis le 21 décembre, il est impossible de trouver des tomates bio françaises (et des poivrons, etc.) dans les magasins. Mais les étrangères sont bien présentes. Dans les magasins spécialisés : chez Naturalia par ex. il y a en ce moment du poivron rouge et jaune bio, origine Espagne à 0,99 E pièce ; des tomates cerises olivette, origine Italie, à 3,29 E la barquette de 500g. Dans la grande distribution : on trouve en ce moment chez Monoprix des tomates cerises olivettes bio, origine Espagne, à 1,99 E la barquette de 250 g. ; ou des tomates grappes bio, origine Espagne, à 2,1 E la barquette de 500g. environ. Sur les marchés, il y a des étals sans tomates bio, et d’autres avec… Bon, il fallait s’y attendre. La tomate bio française pourra être de retour le 1er mai, s’il y a encore de la place pour elle…

Loup : le taux de prélèvement porté à 17 %

Le taux de prélèvement de loups est porté à 17 % pour l’année 2020, contre 10 % en 2019. L’arrêté sur cette disposition a été publié au Journal officiel du 3 janvier. Ce taux pourra même être porté à 19 %, si le nombre maximum de loups pouvant être abattus est atteint avant la fin de l’année. Selon les derniers chiffres officiels, il y a environ 530 loups en France, une centaine pourrait ainsi être abattue en 2020.

Décès du président des Chambres d’agriculture

La période des fêtes a été endeuillée par le décès accidentel, le 22décembre, de Claude Cochonneau (62 ans), président des Chambres d’agriculture. C’était un dimanche, il travaillait sur son exploitation. Cette très triste nouvelle permet de rappeler (et ce n’est pas inutile) que les responsables professionnels agricoles de ce pays, même au plus haut niveau, sont tous des agriculteurs qui ont également une exploitation agricole à gérer, et sur laquelle ils aiment travailler. C’est loin d’être le cas dans d’autres secteurs d’activité, ou dans d’autres syndicats.

Murmures :

  • actuellement secrétaire générale du groupe Les Républicains et Indépendants (LRI)  à la région Ile-de-France, Valérie Blanquefort pourrait devenir la nouvelle directrice générale d’Ile-de-France, terre de saveurs (ex-Cervia). Elle remplacerait Bénédicte Dupont.

Et aussi :

  • Elisabeth Köstinger (OVP-droite) est la nouvelle ministre de l’Agriculture et du Tourisme d’Autriche ;
  • Loïc Dombreval, député (LREM – Alpes-Maritimes), est chargé d’une mission temporaire sur le bien-être des animaux de compagnie.

Au Journal officiel :

  • décret sur la suppression de certaines commissions consultatives (cf. notre blog du 21 octobre) et notamment la Commission nationale de l’amélioration génétique, la Commission nationale de conciliation dans les professions agricoles, le Conseil national de la spécialisation vétérinaire, la Commission des produits chimiques et biocides

  • arrêté du 11 décembre 2019 portant approbation de la dissolution du groupement d’intérêt public (GIP) « Agence pour le développement de la coopération internationale dans les domaines de l’agriculture, de l’alimentation et des espaces ruraux (ADECIA) » ;
  • arrêté du 30 décembre 2019 portant extension de l’accord interprofessionnel conclu dans le cadre de l’association interprofessionnelle des fruits et légumes frais (INTERFEL) et relatif à la cotisation ad valorem ;
  • décret du 31 décembre 2019 relatif а l’Office français de la biodiversité ;
  • arrêté du 31 décembre 2019 fixant le siège de l’Office français de la biodiversité.