dimanche 5 avril 2020

Visiteurs : 428 000   
medfel2020

Nouvelles fraiches

Menaces sur l’Itab

« L’Itab est en péril » écrit un collectif de 66 chercheurs sur le site de Reporterre (3 février). Le conseil d’administration, où ne siègent plus ni les Chambres d’agriculture, ni la FNSEA, ni la Confédération paysanne, a décidé d’une mise en redressement judiciaire de l’Institut technique de l’agriculture biologique en proie à des difficultés financières. Ce redressement s’est traduit par des licenciements. Au total, l’organisme qui comptait 28 salariés en mai 2019 a perdu environ un tiers de son effectif en moins d’un an. « Nous craignons que l’affaiblissement de l’Itab ne laisse la place à une privatisation de la recherche appliquée en agriculture biologique, alors même que ce sont des enjeux d’intérêt public qu’elle doit aider à résoudre » écrivent les pétitionnaires. « Nous souhaitons que l’Itab puisse continuer à jouer pleinement son rôle clé au sein de l’agriculture biologique en France, dans une gouvernance revue et à nouveau plurielle, dans le respect des valeurs de l’agriculture biologique, au service de tous les citoyens qui attendent un changement de modèle agricole en France » concluent-ils.

Cinq nouvelles « zones de présence permanente » du loup détectées

Cinq nouvelles « zones de présence permanente » (ZPP) du loup ont été détectées entre les mois de mai et octobre 2019 annonce l’Office français de la biodiversité (OFB) dans son bilan du suivi estival. Ces nouvelles zones sont toutes situées dans le Sud-Est de la France : deux dans la Drôme, une en Isère, une entre Savoie et Haute-Savoie, et une dans le Var. « L’expansion spatiale du loup se poursuit » constate l’OFB. Le pays compte désormais 97 ZPP, dont 80 meutes.

Murmures :

  • le ministre de l’Agriculture se serait engagé à débloquer entre 600 000 à 800 000 euros pour la communication sur HVE ;
  • Didier Guillaume devrait être auditionné le 11 février par la Commission des affaires européennes de l’Assemblée nationale.