mardi 2 juin 2020

Visiteurs : 434 229   
medfel2020

Nouvelles fraîches

Halte au consumérisme !

Le Canard enchaîné (13 mai) se moque gentiment des pétitionnaires du Monde qui dénoncent « un consumérisme qui nous a conduits à nier la vie en elle-même ». Le volatile s’est amusé à relever les contrats publicitaires de ces apôtres de l’anti-consumérisme : Juliette Binoche (Lancôme), Marion Cotillard (Dior), Vanessa Paradis (Chanel), Cate Blanchett (Armani), Monica Belluci (Dolce & Gabanna), Eva Green (L’Oréal), Jane Fonda (L’Oréal), Penélope Cruz (Chanel),… On trouve aussi le spécialiste de la pompe de luxe, Christian Leboutin. Que des experts.

La campagne du Synadis Bio a un caractère « dénigrant »

Le Syndicat national des distributeurs spécialisés de produits biologiques et diététiques (Synadis Bio) avait lancé, en novembre dernier, sur les réseaux sociaux et au cinéma un spot publicitaire très critique contre la grande distribution et l’agriculture conventionnelle. C’est un verger de pommiers qui servait de ‘décor’. Ce qui a conduit Interfel à dénoncer une « communication contre-productive et dénigrante ». L’Interprofession a saisi le Jury de Déontologie Publicitaire pour avis. Ce dernier a rendu sa décision début mai. Il estime que « le ressort de cette mise en scène est entièrement fondé sur le dénigrement des filières de commercialisation des produits de l’agriculture biologiques autres que celles passant par les magasins et enseignes spécialisées, adhérentes du syndicat à l’origine de cette publicité́, et plus particulièrement le dénigrement des circuits de la grande distribution ». « En outre, poursuit le jury, la référence aux ‘pommes pleines de pesticides’, associée qui plus est à l’image d’hommes en combinaison intégrale, comporte également un caractère dénigrant pour les pommes issues de l’agriculture conventionnelle ».

Criquet pèlerin : situation « extrêmement préoccupante » dans la Corne de l’Afrique

On en parle très peu, et pourtant : à cause du criquet pèlerin, la situation dans la Corne de l’Afrique est « extrêmement préoccupante » selon la FAO (point au 5 mai). Les prévisions ne sont pas du tout optimistes et la FAO prévient que l’impact sur la sécurité́ alimentaire dans les prochains mois pourrait être dévastateur, rapporte le COLEACP. Ainsi, au Kenya, une nouvelle génération de criquets se développe. Davantage d’œufs vont éclore et former des bandes larvaires au cours du mois de mai, avec de nouveaux essaims fin juin et début juillet, au début de la récolte. Des essaims se forment et murissent également dans le sud de l’Ethiopie et le long de la frontière somalienne-éthiopienne. « Parce qu’elle coïncide avec le début des longues pluies et de la saison des plantations, cette situation constitue une menace sans précèdent pour la sécurité́ alimentaire et les moyens de subsistance en Afrique de l’Est » poursuit le Comité de liaison des pays ACP. La FAO travaille avec les gouvernements et les ONG pour mener des campagnes de pulvérisations aériennes à grande échelle dans toute la région. Mais cela fait peser un risque pour les exportations de fruits, légumes et fleurs des pays concernés car de nombreuses substances recommandées par la FAO pour la lutte contre les criquets ne sont pas autorisées dans l’UE, ou devraient bientôt perdre leur autorisation.

Discussions autour d’un accord de libre-échange entre les Etats-Unis et le Kenya

Les Etats-Unis ont lancé une procédure de consultation sur la possibilité de conclure un accord de libre-échange avec le Kenya. Si les échanges agroalimentaires entre les États-Unis et le Kenya sont actuellement assez faibles, « les filières agricoles sont enthousiastes sur un tel accord, qui pourrait servir de modèle pour d’autres pays de la région et ainsi ouvrir plus largement le marché africain aux produits agroalimentaires américains » (source : USA Flash Agri, mai 2020).