jeudi 6 août 2020

Visiteurs : 443 731   
medfel2020

Des nouvelles du monde d’après

Il fallait, hélas, s’y attendre (cf. notre Blog du 18 mai). Le monde d’après ressemble furieusement au monde d’avant. Voici quelques exemples pris dans l’actualité d’une seule semaine. Et on peut en trouver bien d’autres.

  • Les hypermarchés entrent dans une guerre des prix annonce Capital.fr (9 juillet). « Une enquête du cabinet Nielsen, réalisée entre janvier et juin, montre une baisse des prix dans les enseignes de distribution, pour les marques comme pour les MDD, peut-on lire. Dans l’alimentaire, les prix ont reculé de 1,3 % (.) Suite au manque de clients dans les supermarchés durant le confinement, ceux- ci adoptent une politique de prix agressifs ».
  • « La guerre des prix fait son grand retour » écrivent, comme en écho, la FNPFruits, Légumes de France, et Felcoop. « Nous constatons que l’origine France a plus été utilisée comme prétexte à une communication positive pour la grande distribution que dans une réelle volonté de soutenir les producteurs français ». Cette guerre des prix « va de nouveau déstabiliser les relations entre la production et la distribution, impacter négativement l’objectif de souveraineté alimentaire et mettre en péril les exploitations (.) Il n’est pas tolérable que les enseignes agissent ainsi, la production française ne doit pas être sacrifiée sur l’hôtel de la communication des enseignes ».
  • Heureusement, la grande distribution a trouvé la solution : « il faut littéralement renverser la table, changer de perspective, réfléchir « de la fourchette à la fourche » et non plus de « la fourche à la fourchette ». Il s’agit de regarder ce que les consommateurs attendent, ce pour quoi ils sont prêts à payer davantage, afin de monter en gamme » explique Jacques Creyssel président de la FCD (Actu Retail, 9 juillet). Simple, non ?
  • « L’installation d’un élevage porcin bio à Chaspuzac fait souffler un vent de colère » écrit L’Eveil de la Haute-Loire (5 juillet). « Le projet d’implantation d’une porcherie, porté par un jeune exploitant, au cœur d’une zone très agricole, et pourtant loin des premières habitations (à 400 ou 500 mètres) soulève un vent de colère » précise cet organe régional. Une pétition, qui met en avant « les nuisances olfactives et visuelles pour les riverains » a récolté 200 signatures. Et oui, les odeurs d’une porcherie bio sont les mêmes que les ‘conventionnelles’. L’agribashing c’est aussi pour le bio.
  • « Des militants anti-OGM tentent de s’introduire au Conseil régional de Bretagne rapporte Le Figaro (10 juillet). Des élus ont été bousculés, menacés et insultés (.) Les militants se sont revendiqués comme membres du mouvement anti-OGM «Les faucheurs volontaires» (.) Des plaintes vont être déposées par la région, une élue molestée, et Olivier Allain, vice-président à l’Agriculture. Ce dernier «a été menacé», précise la région dans un communiqué ».
  • Un loup a été abattu le 5 juillet au col du Lautaret, sur la commune du Monêtier-les-Bains (Hautes-Alpes), « dans le plus strict respect des lois et réglementations », a indiqué la préfecture de ce département. Il s’agissait d’un « tir de défense renforcée, opéré par des lieutenants de louveterie dans le cadre du Plan national loup ». Mais la scène a été filmée, et diffusée sur les réseaux sociaux. « Les lieutenants de louveterie ont fait l’objet d’insultes diverses et de menaces de mort » poursuit la préfecture. Ils ont décidé de porter plainte.

Bienvenue dans le monde d’après.

OM