mardi 24 novembre 2020

Visiteurs : 463 184   
medfel2020

Le Blog en campagne

Quand L214 pratique le harcèlement textuel

A l’occasion du débat sur la proposition de loi sur les conditions de vie des animaux, qui s’est tenu le 9 octobre à l’Assemblée nationale, plusieurs députés ont dénoncé le « harcèlement » des élus par L214. Citons par exemple, Pascal Brindeau (UDI, Loir-et-Cher) : « je tiens à dénoncer ici les méthodes du lobby L214 qui intimide non seulement les agriculteurs-éleveurs et les entreprises, parfois par la violence, en tout cas dans l’illégalité, mais aussi les parlementaires, en leur envoyant au moyen d’un robot des dizaines de mails, prétendument signés par des électeurs de leur circonscription » explique-t-il. « J’ai fait vérifier certains noms inscrits au bas de ces messages : ils ne figurent pas sur les listes électorales. Cette méthode… est utilisée par un lobby dont les sources de financement sont connues (.) Ces financements proviennent d’entreprises américaines, dont le seul objectif est d’interdire la consommation de viande en France et de tuer notre agriculture et notre élevage. C’est inacceptable ! « . Pour le député, l’inscription de cette proposition de loi suscite « le mélange des genres et la confusion, chez nos concitoyens, entre le bien-être animal et les objectifs de ces lobbies ». 
France Info (9 octobre) a enquêté sur ces pratiques : « À chaque fois, en amont des textes, les députés ont vu leurs boîtes mails saturées, avec des envois automatiques de messages, du spam à l’échelon industriel », s’agace un dirigeant de la majorité cité par la station. Il évoque « un harcèlement des élus » avec des expéditeurs qui utilisent de fausses identités. « Un autre député, poursuit France Info, a fait le calcul : sur la seule journée d’hier, il a reçu un mail toutes les 30 secondes sur le bien-être animal. Ce qui paralyse totalement son activité, car les autres messages qui lui sont adressés sont noyés dans la masse ».
On va peut-être finir par comprendre la vraie nature de cette association.

Assemblée nationale : un ordre du jour révélateur

Etonnant l’ordre du jour de l’Assemblée nationale du 9 octobre tel que présenté par LCP. Les députés devaient débattre de quatre propositions de lois : « renforcer le droit à l’avortement, condition de vie des animaux, congé de parenté égalitaire et effectif, parrainage citoyen pour les réfugiés et apatrides ». Que des sujets urgents.

Et aussi

  • vigneronne et sénatrice (RDSE, Gironde), Nathalie Delattre a été élue vice-présidente du Sénat ;
  • Brune Poirson, député (LREM, Vaucluse) et ancien secrétaire d’Etat à la Transition écologique, est chargée d’une mission temporaire sur l’éducation au développement durable ;
  • François Guillotou de Kerever est nommé conseiller outre-mer à la présidence de la République ; 

  • Philippe Englebert est nommé conseiller technique entreprises, attractivité;et export à la présidence de la République ; 

  • Victor Blonde est nommé conseiller technique participations publiques, commerce, simplification, à la présidence de la République ;
  • la Commission d’enquête sur l’évaluation des politiques publiques de santé environnementale de l’Assemblée nationale a prévu d’auditionner des représentants de la FNSEA. Ce rendez-vous, programmé le 15 octobre, n’était toujours pas confirmé le 12 octobre au matin.