lundi 30 novembre 2020

Visiteurs : 464 261   
medfel2020

To Brex or not to brex

Semaine décisive, dernière ligne droite, money time : la presse ne manque pas de formules pour qualifier la semaine de négociations qui s’ouvre. Pas de panique : depuis juin 2016, les discussions sur le Brexit ont déjà connu de nombreuses « semaines décisives » !

On nous l’avait dit, redit, répété : la mi-novembre était l’ultime échéance, la der des der, pour aboutir à un accord entre l’UE et le Royaume-Uni afin que cet accord puisse entrer en application avant la fin de la période de transition, le 1er janvier 2021. Il faut en effet laisser un minimum de temps aux différents Parlements pour ratifier les textes. Mi-novembre, nous y sommes. Et il n’y a pas d’accord. Le point ce lundi matin :

  • ce sont les mêmes trois sujets qui bloquent depuis le début : la pêche, les questions de concurrence, et la gouvernance ;
  • seule avancée notable : les Britanniques vont accorder unilatéralement plusieurs dizaines d’équivalences réglementaires à l’Union européenne (UE) dans le secteur financier (bourse, assurances, etc…). A Londres, la City ne perd pas la main ;
  • ça coince au sein du gouvernement de Sa Majesté. Vendredi 13, Boris Johnson a viré son conseiller spécial Dominic Cummings. Un autre conseiller ‘hard brexiter’ avait démissionné le 11 novembre ;
  • le retour de la question irlandaise ? : en cas d’absence d’accord avec l’UE, le projet de loi sur le marché intérieur pourrait réintroduire des contrôles frontaliers en Irlande, c’est-à-dire remettre un frontière entre la République d’Irlande et l’Irlande du Nord. Explosif ;
  • Biden s’en mêle : Boris Johnson est le premier dirigeant européen a avoir été appelé par Joe Biden rapporte The Economist. Et selon ce quotidien, la conversation a porté notamment sur l’Irlande. Avec une menace implicite : la remise en place d’une frontière, mettant de fait un terme à ‘l’accord du Vendredi saint’, conduirait les Etats-Unis à ne pas conclure d’accord économique avec le Royaume-Uni. Ca doit faire réfléchir même le plus obtus des brexiters ;

Et maintenant ? :

  • les négociations ont repris dimanche 15 novembre à Bruxelles ;
  • Boris Johnson est à nouveau en quarantaine. Il est cas contact ;
  • le Brexit pourrait s’inviter à la dernière minute au sommet européen de ce jeudi 19 novembre en principe exclusivement consacré à la crise sanitaire.
    To be continued. OM