mardi 13 avril 2021

Visiteurs : 491 353   

Nouvelles fraîches

Fusion des Draaf : des administrations plus lourdes

La réforme de la carte territoriale avec la fusion de certaines régions en 2015-2016 a logiquement conduit à une évolution administrative. C’est le cas pour les Draaf : les directions régionales de l’agriculture des anciennes régions ont fusionné dans une seule nouvelle Draaf régionale. Cette décision a « été rapidement mise en œuvre, sans provoquer de remous collectifs importants ni de résistances organisées » écrit le CGAER dans un rapport commandé par le ministère de l’Agriculture. La plupart des nouvelles directions étaient opérationnelles dès le début de 2016 et « les difficultés nombreuses qui sont alors apparues ont été progressivement absorbées, par un accompagnement adapté dans un esprit constructif à souligner » écrivent les rapporteurs. Mais tout n’est pas rose pour autant. Les nouvelles Draaf « sont devenues des administrations plus lourdes à manœuvrer, plus complexes à manager, moins disponibles pour les territoires et le travail interministériel. Elles se sont éloignées du terrain et des partenaires locaux ». Par ailleurs, les effectifs ont baissé. Ils ont reculé en moyenne de 12,98 % pour l’ensemble des 7 nouvelles Draaf (de 1513 à 1317 équivalents plein temps). Avec des écarts importants selon les Draaf : la baisse est de 4,98 % en Bourgogne-Franche-Comté, pour -23,21 % dans les Hauts de France. En conclusion, les rapporteurs préconisent notamment de « redéfinir les missions confiées aux DRAAF » afin notamment de prendre en compte la perspective agroécologique fixée à l’agriculture française par la loi de 2014.

Aprifel répond à une Tribune du Monde

Suite à la parution le 17 mars d’une Tribune dans le Monde signée par 24 scientifiques sous le titre : « La recherche publique doit se mobiliser pour se prémunir de l’instrumentalisation du doute scientifique », « Aprifel s’étonne de se voir mentionnée et regrette l’absence de concertation préalable » écrit l’Agence dans un communiqué. « Face aux enjeux de santé publique que connaît la France et aux difficultés récurrentes d’atteindre le niveau de consommation en fruits et légumes recommandés par les instances de santé publique nationales et internationales, Aprifel déploie des actions de sensibilisation d’envergure, toujours basées sur un principe de vulgarisation scientifique, pour une information accessible à tous » rappelle-t-elle. Aprifel « invite les signataires de ce collectif et toute la communauté scientifique à engager le dialogue afin de définir ensemble les moyens et méthodes pour informer et sensibiliser au mieux les citoyens aux enjeux de durabilité de demain ».

Au programme du Conseil Agriculture

Le Conseil « Agriculture et pêche » de l’UE se tient les 22 et 23 mars. Les ministres débattront des possibilités de pêche pour 2021 et, pour les stocks d’eau profonde, pour 2021 et 2022, applicables aux stocks partagés avec le Royaume-Uni. Ils procéderont également à un échange de vues sur l’état d’avancement actuel des négociations menées sur
le paquet « Réforme de la PAC » (actuellement au stade des trilogues) ainsi qu’en ce qui concerne les deux sujets suivants : les  mesures phytosanitaires de protection contre les organismes nuisibles aux végétaux menaçant l’agriculture ; l’utilisation d’agents de lutte biologique (macro-organismes) contre les organismes nuisibles aux végétaux. 


Murmures

  • Aprifel devrait fêter ses 40 ans au mois de septembre ;
  • les prochaines réunions du groupe de concertation sur les emballages alimentaires du Conseil national de l’alimentation (CNA) devraient avoir lieu le 15 avril, le 12 mai, et le 8 juin. Par ailleurs, la prochaine session plénière du CNA est programmée pour le 7 juillet.

Le tweet de la semaine

« Les rédacteurs/trices de la fameuse attestation et ceux/celles qui l’ont promue pendant quelques heures devraient méditer ce propos d’Oscar Wilde: « Je suis si intelligent que parfois je ne comprends pas un seul mot de ce que je dis » », Philippe Vasseur, ancien ministre de l’Agriculture.