dimanche 28 novembre 2021

Visiteurs : 551 798   

Convention UNCGFL de Biarritz

La Convention de l’Union nationale du commerce de gros en fruits et légumes s’est tenue à Biarritz du 15 au 17 octobre. Près de 200 personnes se sont retrouvées pour débattre, échanger, se rencontrer, dans une ambiance portée par l’enthousiasme d’assister, enfin, à la reprise de ce type d’évènements. Retour sur quelques points forts et annonces.

Egalim au menu des Gasc

« L’offre des fruits et légumes Egalim en restauration collective à compter du 1er janvier 2022 » était le thème de l’atelier consacré aux grossistes à service complet. Les fruits et légumes Egalim, ce sont ceux qui devront garnir à 50 % (dont 20 % de bio) les tables de la restauration collective à partir du 1er janvier 2022, et à partir du 1er janvier 2024 pour la restauration privé (comme les autres produits alimentaires). La loi a été votée en 2018, laissant le temps nécessaire aux filières de s’adapter. Sauf que, elle a été sur certains points, modifiée par la loi climat, promulguée en plein cœur du mois d’août 2021.

« Nous sommes devenus des comptables de l’alimentation »

C’est la formule de Sylvie Dauriat, présidente de Restau’Co, qui s’inquiète des conditions d’application de la loi dans les petites structures. Si, dans les grandes agglomérations, le chiffre de 50 % est largement dépassé, et frôle parfois les 100 %, ce n’est pas le cas dans les petites communes, les hôpitaux, les maisons de retraite. Ce que confirme Philippe Pont-Nourat, président du SNRC qui voit dans sa clientèle des structures à 35 % et d’autres à 7 % (entreprises), 6 % (hôpitaux), 5 % (le médico-social). Quant à l’administration « elle est aux fraises ».

Pas d’argent pour Egalim

« Les cahiers des charges ressortent avec l’objectif Egalim, mais il n’y aura pas l’argent » poursuit Philippe Pont Nourat qui ajoute : « nos clients sont plus intéressés par le local que par les critères Egalim ». Or, « nos clients (les élus) veulent pouvoir communiquer sur le fait qu’ils sont en soutien de la transition agricole et alimentaire ».

Conclusion : l’objectif Egalim ne sera pas atteint

« Personne n’est dupe souligne Philippe Pont-Nourat, l’objectif ne sera pas atteint le 1er janvier 2022. Et puis il n’y a pas de sanction ». « Le ministère et le ministre ont acté très récemment que l’on ne sera pas prêt au 1er janvier » confirme Sylvie Dauriat. La présidente explique avoir donné des fourchettes pour indiquer le point de départ de chaque type de restaurant. Peu convaincu, le ministère a confié la tâche à un cabinet conseil, puis à un deuxième, et enfin à un troisième qui vient de jeter l’éponge. Difficile d’atteindre l’arrivée quand on ne connaît pas le point de départ. Comme le dit un participant : « L’essentiel est de montrer que l’on est en mouvement ».