samedi 27 mai 2023

Visiteurs : 711 865   

Nouvelles fraiches

Plastique et fruits et légumes : la Commission reporte sa décision

Selon nos informations, la Commission européenne a décidé de reporter sa décision sur le décret de loi AGEC concernant l’interdiction des emballages plastique pour les colis de fruits et légumes et pommes de terre inférieurs à 1,5 kg. Après l’annulation du premier décret par le Conseil d’Etat en décembre dernier, le Gouvernement avait très rapidement pris un nouveau décret. Ce dernier avait été transmis à Bruxelles, et la Commission devait, initialement se prononcer le 15 mars. La Commission, qui souhaite faire avancer la réglementation européenne sur les emballages plastiques, reporte sa décision sur le décret français au 15 décembre 2023. Les observateurs considèrent que dans ces conditions, le Gouvernement français ne devrait pas promulguer son décret. S’il le faisait, sans avis de la Commission, il serait certainement à nouveau attaqué. Conséquence, pour l’heure l’interdiction des emballages plastiques prévue par la loi AGEC est inapplicable.

Deux-Sèvres : la préfète veut interdire les manifs anti-bassines

La préfète des Deux-Sèvres a fait part de son « intention » d’interdire les manifestations anti-bassines annoncées par une centaine d’organisations, dont la Confédération paysanne (cf. notre Blog du 6 mars). La préfète veut « éviter les troubles à l’ordre public ». Elle rappelle les «  antécédents de graves troubles à l’ordre public constatés à l’occasion des précédentes manifestations ayant entraîné des actes violents à l’encontre des forces de l’ordre et des actes de sabotage sur les installations agricoles ». Ces manifestations sont annoncées pour le 25 mars.

Tereos veut céder la féculerie d’Haussimont

En même temps que l’annonce de l’arrêt de l’activité sucrière du site d’Escaudoeuvres (Nord) par Tereos, le groupe a fait part de son intention de se séparer de la féculerie d’Haussimont (Marne). L’UNPT « prend acte » de cette décision. L’Union Nationale des Producteurs de Pommes de Terre rappelle que Tereos a investi près de 30 millions d’euros en cinq ans sur ce site, et que le groupe« continuera d’assurer totalement l’activité de son site de transformation de pommes de terre fécule pour la campagne 2023/24 ». « C’est un coup dur pour la filière pommes de terre et pour tous les producteurs, mais une décision qui était malheureusement prévisible » poursuit l’Union. Le Gouvernement doit « prendre pleinement conscience de la nécessité d’accorder un soutien financier massif à la production en vue de rassurer les producteurs sur l’avenir de la fécule en France » poursuit l’Union. « Cette aide directe à la production est aussi le meilleur moyen d’assurer aux futurs repreneurs l’engagement de la production française à les accompagner dans ce projet économique et industriel » conclut l’UNPT.