L’Union du Maghreb arabe en panne

« Le conflit autour du Sahara occidental (.) annexé par le Maroc en 1975, paralyse le développement d’une union politique et économique dans la région » explique Le Monde du 21 avril. Et le quotidien de rapporter une boutade répandue dans les pays concernés : « pour qu’une tomate marocaine se vende sur un marché algérien, il lui faut d’abord transiter par Marseille ». Car la frontière territoriale entre les deux pays est fermée depuis 20 ans. Le Maghreb (Maroc, Algérie, Tunisie, Libye, Egypte) est l’une des seules régions du monde à ne pas avoir de zone économique. L’Union du Maghreb arabe (Uma) a bien été créée en 1989, mais les chefs d’Etat ne se sont plus réunis depuis 1994. « Un Maghreb qui assure la libre circulation des biens et des services offre les possibilités infinies d’un marché d’environ 90 millions de personnes » estime la directrice générale du FMI, Christine Lagarde. Le commerce entre les Etats d’Afrique du Nord est évalué à 1,3 % de leurs commerces extérieurs et l’Algérie importe 40 % de ses produits alimentaires de France et d’Espagne et 0,6 % du Maroc.

 Eau : la France a refait le plein

« Au 1er avril dernier, 89 % des nappes phréatiques présentaient un niveau normal, voire supérieur à la normale » indique Les Echos du 25 avril s’appuyant sur les estimations du Bureau des recherches géologiques et minières (BRGM). Ce qui est du jamais vu depuis une dizaine d’années. Une situation exactement à l’inverse de l’an dernier à la même époque : 80 % des nappes affichaient un niveau inférieur à la normale. Mais ce retournement de tendance n’est toutefois pas suffisant. « Les années de déficits accumulés ne pourront pas être comblées avec la recharge hivernale de 2012-2013 » prévient le BRGM.

L’agro-alimentaire, un secteur ringard ?

Le Figaro Magazine du 26 avril publie le « palmarès des 100 leaders économiques français de demain », un classement réalisé par l’Institut Choiseul. Ils ont tous moins de 40 ans et « parmi eux se trouvent, à n’en point douter, de futurs PDG du CAC 40 » nous explique le Fig Mag. Rien que ça. Bien sûr, ce type de classement est toujours subjectif. Et révélateur des secteurs économiques qui ont la côte dans certaines élites. Résultat, sur les 100 espoirs de l’économie nationale, deux seulement viennent de l’agroalimentaire. Il s’agit d’Amaury Bessard, 31 ans, directeur du développement durable chez Ferrero France (84ème) et de Thibault Cuny, 37 ans, directeur général de Pernod Ricard Brésil (93ème). On voudrait faire passer ce secteur comme ringard…