jeudi 20 septembre 2018

Visiteurs : 278 051   

Nouvelles fraîches

Concurrence : la Commission européenne enquête sur l’accord Légumes de France/ Carrefour

La Commission a décidé d’ouvrir une enquête « sur un comportement anticoncurrentiel relatif aux légumes » dans l’Union européenne. « Des producteurs de légumes, peut-on lire dans la ‘demande renseignements’ reçue par Légumes de France, ont conclu avec un ou plusieurs distributeurs un ou plusieurs accords qui peuvent avoir pour objet ou effet (.) l’exclusion de la concurrence dans le marché aux légumes en France (.) Ce comportement pourrait constituer une infraction » au Traité. Cette enquête vise en fait l’accord conclut le 14 novembre 2014 entre Carrefour et Légumes de France. L’accord vise à « proposer des légumes de saison essentiellement en origine France » (cf. notre Blog du 17 novembre 2014). « En raison des conditions météo exceptionnelles de 2014 et des perturbations sérieuses dues à l’embargo russe, Carrefour, en partenariat avec Légumes de France, a décidé de soutenir la production et les producteurs français de légumes du quotidien (.) pendant leur pleine saison » indiquait le communiqué publié à cette occasion. L’accord établit une liste des produits concernés (hors impact climatique) : carotte, navet, endive, pomme de terre, oignon, échalote (100 % origine France) ; poireau (95 % origine France) ; chou-fleur et salade (hors sucrine et iceberg) (90 % origine France). Il était convenu en outre que l’action se poursuive pour les légumes de printemps-été. Selon nos informations, la Commission aurait été saisie de ce dossier par un parlementaire néerlandais. Légumes de France doit répondre à cette ‘demande de renseignements’ avant le 30 mars.

Débats autour des finances du groupe Sopexa

Le conseil d’administration de Sopexa s’est réuni récemment. Au menu des travaux : l’examen des finances du groupe. En effet, si la délégation de service public (DSP) qui lie l’Etat à Sopexa depuis le retrait de l’Etat du capital en 2008 cours bien jusqu’en 2017, son enveloppe financière pourrait être revue à la baisse. La recherche de nouvelles ressources est donc à l’étude. Parmi les pistes évoquées, le Sial. Sopexa détient 42 % des parts du salon international de l’alimentation et 100 % de la marque ‘Sial’, le reste des parts étant détenues par Comexposium, filiale à 50 % d’Unibail Rodamco et à 50 % de la Chambre de commerce et d’industrie de Paris Ile-de-France (A ce propos, il se dit par ailleurs qu’Unibail-Rodamco pourrait se retirer de Comexposium). Comexposium a fait à Sopexa une offre de rachat de ses parts du salon et de la marque Sial. C’est cette proposition qui était à l’ordre du jour du conseil d’administration évoqué. L’ensemble des parts et de la marque serait évalués à 40 millions d’euros, une évaluation « basse » selon beaucoup. La plupart des actionnaires du Sial (les interprofessions 45 %, les organisations professionnelles agricoles 27%, des sociétés financières 25 % – dont le Crédit agricole 18 %) ont fait part de leurs réserves à ce projet qui excluerait définitivement le monde agricole et agroalimentaire de l’organisation du Sial. Rien n’est donc décidé pour l’instant. En revanche, le recrutement du directeur de Sopexa, qui était prévu pour ce mois de mars (cf. notre Blog du 16 février) serait reporté. De toutes façons, il n’y avait qu’un seul candidat.

Aquitaine : décès de Guy Saint Martin

Nous avons appris en début de semaine dernière le décès de Guy Saint Martin. Ancien vice-président (PS) du Conseil régional d’Aquitaine, Guy Saint Martin était une figure connue et appréciée de la filière fruits et légumes du Sud-Ouest. Il avait été notamment fondateur du salon Sifel, dont il assura longtemps la présidence. Il faisait également parti des artisans de la création de l’Areflh, l’association européenne des régions productrices de fruits et légumes. Cet agriculteur a été président de la FDSEA de son département, membre de la Chambre d’agriculture, conseiller général, maire,… “Il a contribué à ouvrir notre monde agricole aux enjeux de demain. Il a été un élu très proche de nos activités professionnelles, un grand soutien du monde agricole et rural. Nous gardons de cet homme exceptionnel, un sens de la convivialité et du partage” a déclaré François Lafitte, président de l’Apfelso. “Tout au long de ses mandats et responsabilités dans les collectivités territoriales départementales et régionales, il a gardé au cœur de ses préoccupations les intérêts des producteurs aquitains. Au-delà de ces réalisations marquantes, tous ceux qui ont eu le plaisir de l’accompagner professionnellement gardent le souvenir de son énergie, son verbe haut et son regard pétillant” ajoute l’équipe de Propulso (fruits et légumes d’Aquitaine).

Commerce extérieur des pommes de terre : retard des exportations françaises

En janvier 2015, 170 000 tonnes de pommes de terre de conservation ont été exportées. « Ce chiffre est décevant en comparaison des précédentes campagnes pour la même période » souligne le CNIPT. Les exportations françaises restent à un bas niveau en cumul d’août 2014 à janvier 2015 avec 10 % de moins que la moyenne des campagnes 2011-2012 à 2013-2014. Les exportations vers l’Espagne sont plutôt faibles, tout comme celles vers le Portugal. Les départs vers l’Italie se maintiennent à un niveau moyen alors que les exportations vers les pays de l’Est et le grand export confirment une meilleure activité que les années précédentes.